Soutien à Roi 1212

Depuis un certain temps, on nous rabâche les oreilles avec la polémique liée au marché public d’acquisition de 4 locomotives qu’aurait obtenu Bassidi Dembélé alias Roi 1212, dans des conditions douteuses. Encore un autre scandale en perspective ?, me suis-je posé la question… mais au finish il semble que c’est une fumée disproportionnée au feu dont elle résulte. Comme on dit trop de boucan pour peu de choses !

Ne connaissant pas ce fameux Roi 1212, il m’a fallu aller sur Facebook pour voir son visage, ne sachant même pas la signification de ce sobriquet particulier, et n’étant pas technicien des marchés publics mais soucieux de revoir le train siffler entre Bamako et Kayes à l’instar de tous les maliens, j’ai cherché à savoir de quoi tout cela retourne. Il s’agit bien d’un marché public destiné à faire acquisition par l’Etat de locomotives. Le marché est attribué pour une offre de 4 580 000 000 f cfa à la société Satarem (société américaine), pour l’acquisition de 4 locomotives reconditionnées. Cette société est représentée au Mali par le nommé Roi 1212 de son vrai nom Sidi Moctar Dembélé ou Bassidi Dembélé. Son offre ci-dessus indiquée est de loin moins disante que les deux autres faites par la SDF et la Société Bocoum Distribution Sarl pour respectivement 9 920 300 000 Fcfa et 7 599 200 000 Fcfa.

Bien avant d’en arriver là, il convient de rappeler que l’Etat malien avait mobilisé plusieurs milliards pour le plan relance du train ; et une partie de ce montant est affectée à l’acquisition de locomotives. A cet effet un avis de manifestation d’intérêt international a été lancé à l’issue duquel 13 dossiers ont été enregistrés par la Commission d’évaluation. Les sociétés retenues ont été invitées à faire leurs offres à l’Appel d’offres international restreint pour l’acquisition de 4 locomotives avec assistance technique et entretien. Au finish, ce sont 3 sociétés qui y ont procédé contre le payement de la garantie. La Commission de dépouillement a retenu l’offre de Satarem qui a été ensuite validée par la Direction générale des marchés publics et approuvée par le département des Transports.

Le marché est juste attribué à titre provisoire et reste à être validé par le Conseil des ministres… ; et même cette étape est sujette au rapport d’une mission d’inspection du produit en attente d’être effectuée aux USA où se trouvent les locomotives. Quand j’ai compris que c’est ça qui créé autant de polémique, j’ai voulu tourner la page et vaquer à mon train-train quotidien … mais c’est par le silence prolongé de ceux qui savent qu’adviennent très souvent les conflits nés des incompréhensions, de l’ignorance. Dieu a recommandé à tout croyant de lire pour apprendre, comprendre et de sortir de l’ignorance, source de fitna.

J’ai cherché à savoir et voilà ce que j’en sais et qui demeure ce que je sais d’une affaire. Ce que je sais ainsi ne saurait être la vérité absolue ; chacun y va de sa version mais j’ai juste cherché à savoir le fond. A la lumière des infos que j’ai pu glaner, je me suis interrogé sur les raisons d’un tel acharnement. Il pourrait avoir des griefs raisonnables contre Roi 1212 pour d’autres raisons … mais dans ce dossier précis, les choses semblent précises. Je dis bien « semblent » !

Je comprends que les gens soient sceptiques au regard des supposés faits précédents concernant des marchés publics mais les uns ne doivent pas payer pour les fautes des autres. Ayons la grandeur d’esprit de croire que tout le monde n’est pas mauvais ; bien au contraire, c’est le bien qui demeure la règle jusqu’à preuve du contraire. Défendre que le Roi 1212 est un magnat des voitures de luxe et du showbiz et cela ne le qualifie guère pour un tel marché, c’est un procès d’intention. Que je sache, il n’est pas attributaire du marché mais bien représentant de la société américaine qui l’a remporté et qui sur papier semble disposer de toutes les compétences et qualités pour livrer les locomotives. Des opérateurs des céréales ont représenté des sociétés de moto sans que cela ne gêne outre-mesure. La représentativité est plutôt une pratique courante utilisée par les grandes sociétés pour s’adjoindre des personnalités de renom dans le monde des affaires sur la base de la confiance et de la crédibilité. Il n’est pas forcément requis que le représentant opère dans le même secteur que le représenté. Pas besoin de citer des noms ; mais le monde des affaires malien pullulent d’exemples en la matière. Les autres accusations d’accointance entre lui et des « hommes du pouvoir » sont une rengaine propre au milieu d’affaires. Qui peut, dans nos Etats aux économies encore tributaires du pouvoir, prospérer à la périphérie du pouvoir ?

L’important c’est que ce « Roi » soit jeune malien, créant des richesses au Mali et employant des maliens dans ses sociétés immatriculées maliennes. L’important c’est qu’il ne s’adonne pas à des activités illicites ou contraires aux intérêts du Mali. Que de jeunes maliens réussissent à la pointe de l’épée est une source de fierté et fait d’eux des parangons à célébrer pour indiquer au monde que nous sommes un peuple de résilience au-delà de toutes les contingences. Ce Roi 1212 comme d’autres jeunes opérateurs, doivent être nos modèles car Ford n’avait que 33 ans quand il créa sa première voiture qui émerveilla le président Thomas Madison, John Davison Rockefeller, n’avait que 32 ans quand il s’engagea à son compte … ; ils ne savaient pas que leur audace de jeunesse allait bâtir un empire un siècle après eux.

Moussa Cisse
Écrivain Paris

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *