Une branche du Mali al-Qaida revendique la responsabilité d’une attaque contre l’ONU

Le groupe de renseignement du SITE indique que la branche malienne d’Al-Qaida a revendiqué la responsabilité de l’attaque d’une mission de maintien de la paix des Nations Unies qui a tué au moins 10 soldats de la paix et en a blessé au moins 25 autres dimanche dans la région de Kidal, dans le nord du Mali.

La Jama’at Nusrat al-Islam Muslimeen, connue sous le nom de JNIM et formée en 2017, a déclaré avoir mené l’attaque en réponse à la reprise des relations diplomatiques entre le Tchad et Israël, selon le groupe de surveillance basé aux États-Unis. Selon le SITE, JNIM a suggéré que l’attaque était la première de ses nombreuses “réponses” aux relations du Tchad avec Israël.

Les relations renouvelées ont été annoncées après une visite récente du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au Tchad.

L’attaque visait la base d’Aguelhoc, qui abrite des soldats de la paix tchadiens. Les soldats de la paix tchadiens, qui ont fortement contribué aux efforts de sécurité régionale, ont subi des assauts répétés au Mali.

Le porte-parole des Nations Unies, Stephane Dujarric, a déclaré que les forces des Nations Unies “avaient répondu énergiquement” à l’attaque. Trois assaillants ont été tués et un quatrième capturé. Un responsable de l’ONU, qui n’était pas autorisé à parler en public, a déclaré que les assaillants sont arrivés dans environ 20 véhicules.

Les soldats de la paix blessés ont reçu des soins médicaux et sept ont été transférés à Dakar, la capitale du Sénégal, pour y être soignés, a déclaré lundi M. Dujarric.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a fermement condamné l’attaque et s’est entretenu dimanche avec le président tchadien Idriss Deby “pour lui transmettre personnellement ses condoléances”, a déclaré M. Dujarric.

António Guterres a appelé les autorités maliennes et les signataires d’un accord de paix de 2015 “à ne ménager aucun effort pour identifier les auteurs de cet attentat afin qu’ils puissent être traduits en justice le plus rapidement possible”, a déclaré le porte-parole de l’ONU.

M. Dujarric a déclaré que le secrétaire général a souligné que de telles attaques “n’enlèveront pas la détermination des Nations unies de continuer à soutenir le peuple et le gouvernement du Mali dans leurs efforts visant à instaurer la paix et la stabilité dans le pays”.

Le Mali est la plus dangereuse des missions de maintien de la paix les plus éloignées de l’ONU. Selon les Nations Unies, la moitié des 22 décès de la mission l’année dernière sont imputables à des “actes de malveillance”.

 

Source: dailyherald

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *