Toya : LA MINUSMA OFFRE UNE MOTOPOMPE AUX AGRICULTEURS

motopompe agriculture maraîchère irrigationLe 8 juillet à Toya, le bureau régional de la MINUSMA à Tombouctou, a mis une nouvelle motopompe manuelle à la disposition des exploitants de la commune rurale d’Alafia. Ce don en équipement a été financé par un projet à impact rapide de 13 millions de Fcfa.
Pendant la crise de 2012, toutes les activités socio-économiques de la région se sont effondrées. Pour faire face à cette situation, l’association des cultivateurs de Toya a aménagé une superficie agricole de 19 hectares,  destinée à la culture du riz et au maraichage. Cette initiative a stimulé l’agriculture de la zone et aurait pu efficacement contribuer à l’autosuffisance alimentaire si l’association disposait de l’équipement nécessaire pour arroser les champs.
Mais elle ne disposait que d’une ancienne machine d’irrigation, incapable d’approvisionner en eau toute la plaine. Le faible rendement, dû à l’insuffisance hydrique, a donc progressivement poussé un tiers des cultivateurs de Toya à abandonner les activités agricoles, découragés aussi par les coûts croissants des entretiens liés à la vétusté de la pompe.
«Nous sommes soulagés par ce geste de la MINUSMA qui nous permettra d’atteindre, chaque campagne, une production  de 190 tonnes de riz sur les 19 hectares. Nous pourrons avoir un stock signifiant pour la période de la récolte et commercialiser le surplus de la production », s’est réjoui Younous Alassane Maïga, le vice-président de l’association des exploitants du périmètre d’Aldjouma Bantant. Cet équipement, assure-t-il, aura un impact positif sur toute l’économie de la zone car il permettra de développer « d’autres activités génératrices de revenus comme la bourgouculture, l’aviculture et l’embouche ».
Pour sa part Abdoul Karim Abdel Kader, l’officier chargé de la stabilisation et du relèvement de la Mission onusienne à Tombouctou, a expliqué que « la MINUSMA est intervenue pour empêcher la dispersion des exploitants et l’exode rural des  jeunes. La relance des activités génératrices de revenus porte plusieurs effets considérables sur les questions sociales. Toutes les communautés de ce territoire en bénéficieront et les relations entre elles seront renforcées. Ce projet s’inscrit dans le cadre des efforts qui sont faits pour la cohésion sociale, facteur déterminant de la paix ».
Depuis le déploiement de la MINUSMA en 2013, cinq projets hydrauliques ont été réalisés  dans la région de Tombouctou. Il s’agit de l’extension du réseau d’eau de Niafunké, de la réhabilitation du système d’adduction d’eau potable de la localité d’Amadia et d’Agouni, dans le cercle de Tombouctou. Dans le cercle de Rharous, le château d’eau de la localité d’Eminanefade a été réparé et équipé. A Gossi, il y a eu la réhabilitation de la pompe de distribution d’eau potable de l’école Sahara et du château d’eau du quartier Doso.
Ces projets communautaires visent à accélérer le relèvement des populations affectées par la crise et contribuer à la stabilité de la région.
(Source MINUSMA)

source : L’ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.