Tombouctou : Sécuriser les prisons pour le retour de l’Etat de droit

Le Bureau régional de la MINUSMA à Tombouctou, à travers sa Section des Affaires Judiciaires et Pénitentiaires (SAJP) a organisé, du 5 au 8 mars derniers, un atelier d’élaboration du plan intégré de protection et de défense, comprenant le Plan Opérationnel Intérieur (P.O.I) et le Plan de Protection et d’Intervention (P.P.I), pour la Maison d’Arrêt et de Correction de la ville de Tombouctou. L’objectif était de renforcer la protection interne et externe de la Maison d’Arrêt et de Correction en cas de graves incidents.
 
L’organisation de cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre pratique de l’arrêté interministériel N°2587/MJDH-MDAC-MAT-MSPC-SG du 4 août 2017, fixant les conditions d’application du plan intégré de protection et de défense des établissements pénitentiaires et de l’éducation surveillée au Mali.
La cérémonie de lancement, présidée par le Gouverneur de la région, s’est déroulée au Centre Ahmed Baba, et a réuni une quarantaine de représentants des Forces de Défense et de Sécurité Maliennes (FDSM), venant des cinq cercles de la région, ainsi que du personnel en uniforme de la Mission onusienne. Le Directeur Régional de l’Administration Pénitentiaire et de l’Education Surveillée, le Commandant de la zone de défense N-5 de la région de Tombouctou, le Directeur Régional de la Protection civile, le Commissaire principal de la ville de Tombouctou représentant le Directeur régional, ainsi que le Chef du Bureau régional de la MINUSMA, accompagné du chef de la SAJP étaient également présents.
Le Chef de Bureau de la MINUSMA à Tombouctou, Riccardo Maia, a réaffirmé l’appui de la MINUSMA au Gouvernement malien dans le renforcement de l’Etat de droit. De même que l’appui de la SAJP à la Direction régionale de l’Administration Pénitentiaire et de l’Education Surveillée, à travers ses initiatives et projets tendant au respect de la dignité humaine. « Sécuriser une Maison d’Arrêt et de Correction, c’est répondre à la mission de sécurité et de tranquillité publique, mais aussi contribuer à la construction de la Paix » a conclu le Chef de Bureau.
Les services pénitentiaires répondent à une mission de sécurité publique. Ils constituent le socle de l’Etat de droit ainsi qu’un instrument de lutte contre l’impunité. De ce fait, la nécessité d’améliorer les dispositifs sécuritaires, d’impulser une gestion opérationnelle des établissements pénitentiaires paraît évidente. Cette nécessité paraît encore plus pressante au regard du contexte sécuritaire de la région, marqué par la menace terroriste et la criminalité transfrontalière. « L’élaboration d’un document opérationnel de sécurité permettra d’améliorer l’organisation, la coordination et la gestion des interventions des Forces de défense et de sécurité en cas d’incident troublant l’ordre public au sein des Maisons d’Arrêt et de Correction de la région de Tombouctou », a soutenu Koina Ag Ahmadou, Gouverneur de la région de Tombouctou.
Au cours de ces quatre jours de travaux, les participants se sont familiarisés avec l’arrêté ministériel relatif aux P.O.I et P.P.I. Ils ont aussi échangé sur leurs expériences par rapport à ces deux plans à travers des exposés et des sessions plénières en groupe, suivis de débats. Au terme de l’atelier, les participants ont élaboré et adopté les deux plans de la Maison d’Arrêt et de Correction. Leur opérationnalisation contribuera à renforcer l’ordre public dans la région.
Pour compléter le présent atelier, un exercice de simulation pratique sera organisé dans les prochains jours pour tester les plans de sécurité et de protection adoptés. Cette action vise à évaluer ces différents plans, afin d’apporter les corrections si nécessaire.
Source: Bamada.net

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *