Tombouctou : La ville s’auto asphyxie

Le blocus des principaux points d’accès à la ville dû à une opération barricades des routes par les jeunes qui sont déterminés jusqu’une suite favorable soit trouvée à leur doléance relative à la route La route Tombouctou – Goma Koura avait eu un financement. Mais le gouvernement a décidé de transférer les fonds vers Kati. Le 4 septembre c’était la journée ville morte. Les barricades des routes principales de la ville, commerces fermés et pneus brûlés. Tout était fermé durant cette journée sauf les services de santé (hôpital, cliniques et pharmacies) pour le service minimum aux populations. Les manifestants se sont organisés à sillonner toute la ville pour constater le respect du mot d’ordre. Le collectif Tombouctou réclame ses droits a décidé de passer la nuit à l’entrée de l’aéroport cette nuit du samedi et jours suivant si nécessaire. Selon les responsables du collectif, ils sont déterminés à aller jusqu’au bout si les doléances remises au gouverneur ne sont pas exécutées.

Sur les voies d’accès à Tombouctou notamment la route Tombouctou-Sévaré, les usagers mettent plusieurs heures voire des jours à cause des pannes et le mauvais état de la route. Les voitures s’embourbent, les passagers se transforment en apprentis chauffeurs. Sans compter avec la peur des coupeurs de route.

Les populations de la 6ème région administrative réclament la construction de cette route, depuis belles lurettes mais les autorités nationales font la sourde œil. La Route dite de l’espoir est devenue vrai un cauchemar pour les usagers. Un calvaire a coupé le souffle une vingtaine de personnes hommes et femmes empilés dans des véhicules 4X4 et les plus audacieux montent sur le porte bagage. La route qui relie Tombouctou et Goundam enregistre le plus grand nombre d’attaques. Régulièrement sur cet axe, des bandits armés braquent les véhicules et délestent les passagers de leurs biens. La situation est si grave que le gouverneur aurait arrêté de délivrer des ordres de mission aux agents des services techniques obligés d’emprunter la route Tombouctou-Goundam. Les récits des voyageurs se ressemblent l’état défectueux rend cette route impraticable. Constituée de patinages, de déviations,  les nouveaux usagers finissent par ressortir tout ce qu’ils avaient avalé la veille. Le nombre d’accidents, de rapts et de raquettes est incalculable. C’est en 1968 que le Président Modibo Kéïta devait se rendre à Tombouctou, ainsi, pour lui permettre de voyager sans difficulté, la route Douentza-Tombouctou a été construite. En ce qui concerne l’autre grande agglomération du Nord, Gao, c’est nausée. Et cependant, elle était autrefois appelée route butinée.La Route nationale n° 16 reliant Sévaré à Gao est dans un piteux état. Son niveau de dégradation a même atteint le seuil insupportable. Le calvaire est d’autant nuisible que ladite route est véritablement le poumon par lequel la cité des Askia respire le plus économiquement. En effet, la RN 16 apparaît même comme étant le cordon ombilical entre le centre et le nord, et qui établit dans l’autre sens la jonction avec le sud du pays, notamment avec Bamako, la capitale.   Les citoyens de Gao en appellent donc aux autorités nationales et aux partenaires de note pays pour corriger au plus vite l’erreur. Et si rien n’est fait dans ce sens, ils se réservent le droit d’utiliser tous les moyens légaux pour se faire entendre.

Mahamadou YATTARA

 

Source: Infosept

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *