Tombouctou : INSECURITE RAMPANTE EN VILLE COMME EN CAMPAGNE

Plusieurs attaques armées contre les civiles ou les forces de défense et de sécurité ont été enregistrées, ces dernières semaines dans la Région de Tombouctou. La dernière en date contre les FAMA s’est produite hier dans l’après-midi, sur la route Goundam-Tombouctou désormais tristement réputée pour les attaques à répétition qui s’y déroulent.

militaire soldat armee malienne fama patrouille nord

Vers la localité de Zin-Zin, une mission des forces armées maliennes est tombée dans une embuscade. Les assaillants ont perdu plusieurs hommes et enregistré des blessés. Côté FAMA, l’on ne déplore ni perte en vie humaine, ni dégât matériel. Mercredi, c’est un paisible citoyen qui s’était fait agresser dans la ville de Tombouctou dans le quartier Abaradjou. Il était 13 heures quand des individus armés ont voulu enlever le véhicule 4×4 d’un particulier. Le chauffeur a vite évalué la situation et a manœuvré pour échapper aux ravisseurs. Il s’en est sorti mais a pris une balle dans le bras. Plutôt le matin, le même mercredi vers 7 heures, deux motocyclistes avaient été braqués sur la route qui mène à Téherdjé, une localité située à 35 km à l’est de la ville en allant vers Ber. Le premier motocycliste, Mohamed Ahmed est un vendeur de poissons. Il assure qu’il a été braqué par plusieurs bandits qui lui ont retiré sa moto et une somme de 80 000 Fcfa. Les bandits l’auraient torturé avant de l’abandonner sur le bord de la route, les yeux bandés et les mains ligotées. Il dit avoir été sauvé par les passagers d’un véhicule de transport en commun. Le second motocycliste est un jeune du nom de Mohamed Ag Aboubacrine. Il a été dépossé de sa moto, d’une somme de 50 000 Fcfa, de 20 litres d’essence et d’un carton de piles de recharge. Dans le Cercle de Gourma-Rharous, plus précisément à 5 km avant de Gossi, le lundi 17 octobre, aux environs de 17 heures, un autre véhicule appartenant à un particulier mais loué par les autorités sanitaires pour la campagne de vaccination a été enlevé par deux hommes armés opérant à motos. Dans le feu de l’action, la matrone qui se trouvait parmi le personnel médical a été mortellement blessée. Dans les minutes qui ont suivi, un groupe d’hommes armés se réclamant du GATIA qui passait par là s’est arrêté. Après avoir constaté les dégâts, ces hommes se sont lancés à la poursuite des bandits. Le véhicule enlevé sera retrouvé un peu plus tard, renversé dans un ravin. De toute évidence, les bandits ont dû faire un accident et ont abandonné le véhicule et se sont évaporés dans la nature. Quelques jours plus tôt, dans le cercle de Niafunké, six des enseignants se rendant à Léré pour participer à une réunion sur l’école s’étaient fait braquer. Les bandits les ont dépossédés de leurs motos, de leurs téléphones portables et de l’argent qu’ils avaient sur eux.

M. S.
AMAP-Tombouctou

 

 

Source: essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *