Suivi du processus d’accord pour la paix et la réconciliation au Mali : La CCSC-PURN mise sur l’implication inclusive des acteurs de la société civile

L’application de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger ne sera pas une réalité sans une large implication des acteurs de la société civile malienne. C’est dans ce cadre que la Coalition Citoyenne de la Société Civile pour la Paix, l’Unité et la Réconciliation Nationale (CCSC-PURN) a initié un projet d’appui au renforcement de la société civile pour le suivi efficace du processus de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali et la mise en place d’observatoires : des démembrements de la coalition dans les capitales régionales. Le projet a été lancé le lundi 11 Février 2019 à la maison de la presse devant un parterre d’acteurs résolus au retour imminent de la paix via le suivi du processus d’accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

Conscient du rôle prépondérant des acteurs de la société civile pour le suivi du processus d’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, la Coalition Citoyenne de la Société Civile pour la Paix, l’Unité et la Réconciliation Nationale (CCSC-PURN) avec l’aval des partenaires comme la MINUSMA a initié un projet en faveur du suivi efficace du processus. Selon le président de la Coalition Citoyenne de la Société Civile pour la Paix, l’Unité et la Réconciliation Nationale (CCSC-PURN) Ahmed Mohamed Ag Hamani, l’objectif du projet est de contribuer à la consolidation de paix en mettant davantage l’accent sur la participation des associations membres au non de la coalition citoyenne de la société civile en particulier celles des femmes et des jeunes. Le projet vise aussi à rationnaliser et à accroitre la participation et la contribution de la société civile par l’information, la sensibilisation, l’observation, la veille, l’alerte dans le cadre du suivi du processus de mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali au niveau national, régional et local ajoute l’ancien Premier ministre du Mali. À ses dires, Coalition Citoyenne de la Société Civile pour la Paix, l’Unité et la Réconciliation Nationale (CCSC-PURN) par cette contribution de la MINUSMA, installera ses démembrements, après Sikasso et Kayes, dans les localités de Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal, Taoudénit et Ménaka et que ces démembrements permettront d’assurer le suivi de proximité du processus de la mise en œuvre de l’accord. « Fruit d’un partenariat entre la Coalition Citoyenne de la Société Civile pour la Paix, l’Unité et la Réconciliation Nationale et la MINUSMA couvrant initialement la période de Novembre 2018 à Mai 2019 avec une contribution financière de la MINUSMA de Trente-quatre million six cent trente mille trois cent quatre-vingt (34630380) FCFA ; celle de la Coalition représente environ 20% de celle de la minusma soit six million neuf cent vingt-six mille soixante-seize (6 926 076) FCFA » a expliqué le président de la Coalition. Maud Ropans, la Directrice Adjointe de la Division des Affaires civile de la MINUSMA a salué l’initiative de la coalition tout en invitant tous les acteurs impliqués dans le processus de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger à s’unir autour de cet accord pour promouvoir une paix durable.

Moussa Samba Diallo

SourceLerepublicainmali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *