STATU QUO SUR LA VILLE DE KIDAL: Vers un dénouement heureux…

La libération de la ville de Kidal n’est qu’une question de semaine. Cette libération tant attendue se fera sans un coup de feu. Face à la pression populaire dans les différentes villes du Mali, un compromis a été trouvé entre le gouvernement et les occupants de Kidal pour le redéploiement de l’armée malienne.

 

Suite à l’occupation de notre pays en 2012 par la coalition de narcotrafiquants et des groupes terroristes, l’opération Serval a permis de chasser les occupants dans les grandes villes du Nord, notamment Gao, Tombouctou, Ménaka. Par contre, la ville de Kidal est restée intouchable jusque-là. Malgré les nombreuses tentatives militaires, la ville considérée comme la base arrière des terroristes, demeure toujours imprenable. Du coup,  des Maliens qui ont chaleureusement applaudi l’opération Serval et accueilli le Président Français, François Hollande comme un libérateur, ont commencé à  douter de la sincérité de la France.

Face à cette situation et les multiples attaques meurtrières contre les militaires maliens, le sentiment anti-français est monté d’un cran dans les différentes villes. A travers des manifestations, des sit-in, les maliens ont exprimé partout leur agacement concernant la position de la France sur la ville de Kidal.

La situation est arrivée à un stade où le président français à récemment interpellé les présidents des pays du G5 de clarifier leur position sur leur partenariat avec la France. Une rencontre prévue à Pau a été reportée de justesse suite à l’attaque contre un camp militaire au Niger qui a fait plus de 70 morts.

Cependant, ces mécontentements populaires semblent porter des fruits. Aux dernières nouvelles, la France aurait changé son fusil d’épaule concernant le statu quo sur la ville de Kidal. Désormais, la ville sera libérée comme les autres villes du Nord.

Selon nos sources, les occupants de la ville de Kidal ont été déjà informés de la nouvelle position de la France. La participation de la CMA au Dialogue national inclusif serait due à la pression française.

Dans un communiqué, la médiation internationale annonce avoir trouvé  un compromis  entre le gouvernement et  la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA). Selon ce communiqué cet accord a permis à la CMA de rejoindre le Dialogue national inclusif.

A en croire au même communiqué, l’armée malienne sera bientôt dans la ville de Kidal. “La médiation internationale, se référant avec satisfaction à la décision de la 43ème session de la Commission Technique de Sécurité du 28 novembre 2019, en vue du redéploiement de forces de défense et de sécurité reconstituées dans les régions de Kidal, Tombouctou, Gao et Ménaka. La Médiation internationale appelle les parties Maliennes à ne ménager aucun effort pour la matérialisation de cette décision dans le respect du calendrier établi, et ce indépendamment des autres échéances”, précise la déclaration.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *