SITUATION SECURITAIRE DANS LE CERCLE DE GOUNDAM : L’heure est grave !

Dans le cercle de Goundam, des événements tragiques s’y déroulent et l’Association pour le développement du cercle de Goundam crie son ras-le-bol.

rebelle mnla touareg bandis armee combattant fusillade pistolet kalachnikov azawad ville nord mali gao tombouctou kidal

Sous le feu et les obus des bandits armés avant la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, le cercle de Goundam continue à l’être toujours. Une situation chaotique qui ne peut pas laisser indifférente l’Association pour le développement du cercle de Goundam qui est remonté sur le créneau mardi après-midi pour décrier les nombreuses attaques meurtrières et injustifiées des groupes armés opérant dans le cercle.

A en croire l’Association, par la voix de son président, Mohamed Fall, les assauts lancés par les bandits armés dans le cercle sont tragiques. En témoignent l’enlèvement de deux voitures et de deux motos entre Goundam et Tonka le 24 avril dernier, le pillage d’une dizaine de boutiques du 26 au 27 avril 2015.

La série noire s’est poursuivie le 29 avril à Goundam avec l’assassinat crapuleux du chef de peloton, son adjoint et un enfant. Comme si cela ne suffisait pas, les groupes armés se sont attaqués pour la deuxième fois à Bintagoungou. Les 7 et 8 mai dernier, s’en est suivi le raid armé respectivement à Douékiré et Tintelout, avec pillages de boutiques et de vols de véhicules.

Selon les membres de l’Association pour le développement du cercle de Goundam, à ce jour, les villes aussi bien que les villages sont assiégés par des bandits armés. Pour éviter aux populations d’être les proies faciles des bandits armés, les ressortissants de Goundam à Bamako envisagent la mise en place des brigades d’autodéfense face à l’incurie des autorités à assumer leurs missions régaliennes.

Mohamed Daou

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.