Signature de la feuille de route des pourparlers d’Alger : Le patron de la MINUSMA salue une avancée notable

sada samake ministre securite protection civile albert koenders chef minusma misma signature accords

Le gouvernement et six groupes armés ont signé  jeudi dernier à Alger un document sur la « cessation des hostilités » dans le cadre de négociations de paix. Les deux parties ont aussi signé une « feuille de route » ayant pour objet

« la mise en place d’un cadre pour des négociations de paix pour permettre
l’émergence d’une solution globale et négociée ».

Les groupes signataires sont le Mouvement national de libération de
l’Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et le
Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), le Mouvement arabe de l’Azawad-dissident
(MAA-dissident), la Coordination pour le peuple de l’Azawad (CPA) et la
Coordination des mouvements et fronts patriotiques de résistance (CM-FPR).

Après cette avancée notable, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, Bert Koenders,  a fait part de sa satisfaction à l’égard de l’enclenchement du processus. Ce dernier fait écho à la demande exprimée par le Conseil de sécurité dans sa Résolution 2164 du 26 juin 2014 que les parties s’engagent de bonne foi et sans tarder dans un processus de négociation crédible et ouvert dans le respect de la souveraineté, de l’unité, de l’intégrité territoriale et du caractère laïc de l’Etat malien.

L’adoption consensuelle d’une « feuille de route » crée, selon le Représentant spécial du Secrétaire général, un climat de confiance propice aux négociations qui devraient déboucher sur un accord global, inclusif et définitif qui permettra aux communautés ainsi que toutes les couches de la société malienne, y compris les femmes, de vivre en paix.

Bert Koenders s’est adressé aux parties en disant : « Ce chemin sur lequel vous vous êtes engagés n’est pas facile mais c’est la seule option. En adoptant une feuille de route consensuelle, vous faites un premier pas dans cette voie ».

Félicitant les parties pour leur volonté de s’engager résolument en faveur du dialogue, Bert Koenders souligne néanmoins que la situation sécuritaire sur le terrain demeure préoccupante. Il salue la décision de mettre en place, avec l’appui de la MINUSMA, une commission conjointe qui ira sur terrain rapidement en vue de rendre effective la cessation des hostilités dans la région de Tabankort.

Et le patron de la Mission onusienne de rappeler que les violences observées ces derniers jours constituent une violation de l’Accord préliminaire du 18 juin 2013 et de l’Accord de cessez-le-feu du 23 mai 2014 que la MINUSMA devra rapporter au Conseil de sécurité.

« Je demande au Gouvernement et aux mouvements armés de coopérer avec cette commission en nommant des représentants de haut niveau pour y siéger », a ajouté Koenders afin que la deuxième étape du processus, prévue pour le 17 août, démarre sous de bons auspices.

Reconnaissant que le chemin de la paix est une voie difficile, souvent semée d’embûches, Bert Koenders appelle  les parties à réaffirmer leur choix de la paix. Il réitère  l’engagement des Nations Unies à appuyer les Maliens dans ce processus.

(Source : MINUSMA)

SOURCE: L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.