Sécurisation des frontières: Le Mali et l’Algérie déterminés à barrer la route au terrorisme

Le Mali et l’Algérie partagent une frontière longue de 1300Km qui est devenue aujourd’hui la proie du terrorisme. Un fléau plus que dévastateur et un frein aux efforts de développement des deux pays maintenant engagés à unifier leurs efforts pour la sécuriser contre les forces du mal.

frontiere mali algerie timiaouine

Pour les besoins de la 12e session du Comité bilatéral frontalier Mali-Algérie, le ministre algérien de l’Intérieur et des Collectivités, Noureddine Bedoui, était dans notre capitale la semaine dernière. Algériens et Maliens ont donc fait  le point de l’état de la mise en œuvre des recommandations  de la 11e session tenue à Alger. Ils ont également dégagé les perspectives pour le renforcement de leur cadre de coopération.

L’ombre du  terrorisme a logiquement plané sur la 12e session de ce Comité bilatéral frontalier Mali-Algérie. Les deux pays partagent une frontière longue de 1300 km. Un espace qui est aujourd’hui le théâtre d’attaques terroristes et de Kidnapping de tout genre. Ce qui rend presqu’impossible toute action de développement. La rencontre de Bamako a donc sonné la mobilisation pour inverser cette situation.

D’où cet appel pressant du ministre de l’Intérieur et des Collectivités Locales de l’Algérie. «Nous devons mobiliser toutes nos énergies pour barrer la route aux groupes terroristes et neutraliser les organisations criminelles visant à l’atteinte à la sécurité de la sous-région pour que les frontières servent de facteurs de rapprochement, de coopération développement tout azimut… Les zones frontalières pour la circulation des personnes et des biens doit être sécurisées…», a déclaré Noureddine Bedoui.

Quand l’engagement est commun, le succès collectif devient facile. C’est fort de cela que, en matière de lutte contre le terrorisme, le Mali et l’Algérie entendent renforcer leur coopération sécuritaire. Concrètement, il s’agit de partager davantage leurs renseignements afin de déjouer à temps les projets terroristes. «Les questions récurrentes liées à la menace sécuritaire, néo-terrorisme, à la contrebande transfrontalière sont autant d’enjeux qui nous poussent à dépasser le traitement sectoriel au profit d’une approche globale et partagée des questions de frontière», a laissé entendre le ministre de l’Administration territoriale, Abdoulaye Idrissa Maïga.

«Les travaux devront être menés avec une forte volonté de dynamiser, de structurer, de consolider au mieux les cadres de coopération transfrontalière afin de relever les multiples défis, auxquels, les deux pays  font face», ajouté M. Maïga.

L’engagement algéro-malien est réaffirmé dans le communiqué conjoint (ci-dessous) signé pas les ministres Noureddine Bedoui et Abdoulaye Idrissa Maïga. Les parties ont convenu de consolider, de diversifier et de dynamiser davantage leur relation séculaire.

En tout cas, de l’avis général la 12e session du Comité bilatéral frontalier Mali-Algérie a comblé les attentes. Il reste maintenant à traduire dans les faits les engagements pris à Bamako et ce, avant la 13e session prévue courant 2017 à Alger.

Aliou Touré

Communiqué conjoint

En vertu des dispositions du protocole d’accord, signé à Adrar le 16 février 1995, portant création du Comité Bilatéral Frontalier Maliano- Algérien et conformément aux directives des deux Chefs d´Etat, leurs Excellences Messieurs Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République du Mali et Abdelaziz BOUTEFLIKA, Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire, la 12ème Session du Comité Bilatéral Frontalier  Maliano-Algérien s’est tenue, à Bamako les 1er et 2 juin 2016.

Cette session avait pour objectif d’évaluer la coopération bilatérale frontalière et d’examiner les voies et moyens de la diversifier, la renforcer et l’adapter aux réalités et priorités du moment.

Les délégations malienne et algérienne, ont été conduites respectivement par M. Abdoulaye Idrissa MAÏGA, Ministre de l’Administration Territoriale de la République du Mali et M. Noureddine BEDOUI, Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Locales de la République Algérienne Démocratique et Populaire.

Dans leurs allocutions respectives, les deux Ministres se sont félicités de la tenue de cette session en ce qu’elle ouvre de nouvelles perspectives pour une coopération plus étroite et plus diversifiée entre les deux pays au bénéfice de leurs populations dans la zone frontalière et dans l’esprit des liens séculaires de fraternité, de solidarité et de bon voisinage qui unissent les deux peuples.

Les deux Ministres ont exprimé leur vive préoccupation devant la persistance des menaces sécuritaires dans la zone sahélo-saharienne d’appartenance commune notamment les phénomènes du terrorisme et de la criminalité transnationale organisée qui mettent en péril la stabilité des Etats et la cohésion des sociétés dans cette région déjà confrontée aux vulnérabilités liées notamment au climat. Ils ont, à cet égard, mis l’accent sur l’importance de la conjugaison des efforts pour lutter efficacement contre ces menaces.

Les deux parties ont rappelé avec satisfaction la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger.

Elles se sont ensuite félicitées de la coopération étroite, développée autour de la promotion de la cause de la paix et de la réconciliation au Mali à travers la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du Processus d’Alger.

Elles ont également souligné l’importance d’adapter leurs actions de coopération dans la zone frontalière aux objectifs de l’accord.

La Partie malienne a réitéré la reconnaissance du Mali pour le rôle joué par l’Algérie sous l’égide de S.E.M. Abdelaziz BOUTEFLIKA, Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire dans la promotion de la paix et la réconciliation au Mali.

Quant à la Partie algérienne, elle a réitéré l’engagement de l’Algérie à rester au côté du Mali en l’accompagnant dans ses efforts pour consolider la paix et la réconciliation nationale.

Les deux Parties ont salué et confirmé l’élargissement de la composante du Comité bilatéral frontalier aux deux régions de Taoudenit et de Ménaka nouvellement créées.

La douzième Session a permis aux deux délégations de passer en revue l’ensemble des recommandations arrêtées lors de la 11ème session du Comité Bilatéral Frontalier Algéro-Malien tenue à Alger du 11 au 13 juillet 2011, et les travaux préparatoires à la 12ème session du Comité Bilatéral Frontalier Algéro-Malien, tenue à Alger, 04 février 2014.

Les deux délégations ont, ensuite, procédé à un examen approfondi de la coopération bilatérale frontalière entre les deux pays dans les domaines prioritaires de l’agriculture, de l’élevage, et de la pêche, des échanges commerciaux, de l’énergie, des mines, des transports et des travaux publics, de l’industrie, de l’habitat et de l’urbanisme, de la poste et des technologies de l’Information, de la santé, de l’éducation, de la culture et des sports, du tourisme et de l’artisanat, des ressources en eau, de la formation professionnelle, des affaires religieuses, de l’administration territoriale, de la sécurité et de la libre circulation des personnes et des biens.

Les deux Parties ont convenu de la relance des concertations entre les Walis et les Gouverneurs des régions concernés. A ce titre, une rencontre est prévue en décembre 2016 à Adrar ou à Tamanrasset.

Les deux Ministres ont eu des entretiens en tête à tête qui ont porté sur les voies et moyens susceptibles de donner une nouvelle dynamique à la coopération frontalière déjà existante entre les deux pays.

En marge de la Session, M. Noureddine BEDOUI a été reçu par S.E.M. Ibrahim Boubacar Keita, Président de la République du Mali et par S.E.M. Modibo Keita, Premier Ministre.

Enfin, les deux Parties ont convenu de tenir la treizième session du Comité Bilatéral Frontalier Algéro – Malien en Algérie au courant de l’année 2017, à une date qui sera arrêtée de commun accord.

 

                                                      Fait à Bamako, le  2 juin   2016

Pour la partie algérienne

NOUREDDINE BEDOUI

Ministre de l’Intérieur et des Collectivités

Locales

 

 Pour la partie malienne

ABDOULAYE IDRISSA MAIGA

Ministre de l’Administration Territoriale

Source: Le Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *