Rétro 2013 : le soldat à la tête de mort au Mali “ne posait pas”

tête mort mali comdamneé serval armée française

En pleine intervention française au Mali, en janvier dernier, la photo d’un militaire, le visage caché par un foulard représentant une tête de mort, avait créé la polémique. Retour sur l’une des premières photos à avoir marqué l’année 2013.

Choquante, dérangeante, honteuse… Les adjectifs ne manquaient pas pour décrire la première photo à avoir véritablement marqué l’année 2013. Datée du 20 janvier dernier, le cliché a été pris à Niono, dans le nord du Mali, en marge des opérations militaires françaises. On y découvre un légionnaire portant l’uniforme, le visage caché par un foulard représentant une tête de mort.

Le masque n’est pas n’importe quel masque. Il est directement inspiré du jeu vidéo de guerre Call of Duty. Une référence pour les amateurs du jeu, mais une image bien éloignée ce  celle que l’armée française voulait donner. “Ce masque pose un problème de communication militaire et politique. Nos soldats sont censés mener une opération propre et légale contre des criminels. Intervenant avec l’accord de l’ONU, ils sont censés être impeccable. Mais en jouant les histrions tragiques, ce soldat fournit des arguments à la propagande adverse. Il donne l’impression que nos soldats pourraient être du côté des bandes de voyous”, analysait alors François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’Iris et auteur de Terrorisme, violence et propagande (Gallimard, 2011), interrogé par le quotidien Le Monde(voir l’article).

Le photographe de l’AFP s’explique : “Il ne posait pas”

L’état-major des armées avait, lui aussi, dû se prononcer rapidement sur l’attitude du militaire. “C’est un comportement qui n’est pas acceptable”, avait déclaré le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l’état-major, lors d’un point de presse. “Cette image n’est pas représentative de l’action que conduit la France au Mali à la demande de l’Etat malien” et de celle que mènent ses soldats souvent “au péril de leur vie”.

Les critiques se multipliant, le photographe de l’AFP, Issouf Sanogo, à l’origine du cliché s’était finalement exprimé sur le blog de l’agence, Making of, assurant que le militaire “ne posait pas”. “Un hélicoptère était en train d’atterrir et soulevait d’énormes nuages de poussière. Instinctivement, tous les soldats à proximité ont mis leurs foulards devant leurs visages pour éviter d’avaler du sable” expliquait-il

Une précision qui n’a pas réellement permis d’éteindre la polémique. Et l’avenir, lui, s’est même clairement assombri pour le légionnaire. Après avoir été exclu de l’armée, le militaire a de nouveau fait la une des médias en étant condamné en novembre à trois ans de prison avec sursis pour avoir braqué avec une kalachnikov une pharmacie à Orange, dans le Vaucluse.

Source : TF1

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *