Réhabilitation des zones post-conflit : une commission pour la coordination de toutes les interventions

Dans le cadre de la réhabilitation des zones post-conflit, le ministre de la solidarité, de l’action humanitaire et de la reconstruction du Nord, Hamadoun Konaté, a tenu le 02 juillet 2015 dans la salle de conférence de son département, la première réunion politique avec la commission de réhabilitation des zones post-conflit. L’objectif était d’échanger avec les PTF sur les questions cruciales liées à la réhabilitation des zones affectées par le conflit armé dans les régions du Nord.

Cette rencontre était attendue aussi bien par le gouvernement que les partenaires techniques et financiers, car s’inscrivant dans la logique de la fin du long et difficile processus de signature de l’accord pour la paix et la réconciliation. Une réhabilitation, qui après la signature de l’accord par toutes les parties, permettra de mettre en confiance les populations et de préserver la paix.

C’est pourquoi le ministre de la solidarité, de l’action humanitaire et de la reconstruction du Nord, Hamadoun Konaté, a laissé entendre que  « la mission de cette commission est de coordonner toutes les interventions dans le cadre de la reconstruction, des actions humanitaires et du développement accéléré des zones affectées par la crise ». Il poursuivra en ajoutant que « vu l’importance et l’urgence des besoins sociaux des populations des régions durement affectées par la crise, les interventions ne doivent plus attendre, elles doivent démarrer le plus tôt que possible». Selon lui, il est impératif d’envisager rapidement une réponse humanitaire à la crise, tout en restaurant progressivement les capacités économiques locales.

Pour y faire, le ministre expliquera que le gouvernement, en collaboration avec ses partenaires, est à pied d’œuvre pour exécuter toute une série de programmes d’approvisionnement en eau potable et organiser des distributions gratuites de céréales dans les communes de Gossi et Intillit, et les régions de Tombouctou, Gao et Mopti. Sans oublier, avec l’accompagnement du haut commissariat aux réfugiés (HCR), le retour au bercail de trente cinq mille deux cent trente deux (35 232) de nos concitoyens.

Seydou Karamoko KONÉ

 

Source: Le Flambeau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.