Pour empêcher que Ménaka ne tombe de nouveau aux mains des narco-séparatistes kidalois : L’armée sort enfin de son » cantonnement forcé » pour se positionner en ville

Le calme est loin de régner dans la ville de Ménaka. Les groupes narco-séparatistes de Kidal bien qu’ayant été repoussés après chaque offensive, ne semblent pas renoncer à cette localité. En effet, après avoir été affaiblis, voire diminués à l’issue des combats de vendredi, samedi et dimanche dernier, ils ont fait appel à d’autres éléments venus à leur rescousse de l’Adrar des Ifoghas. Ils se sont positionnés non loin de Ménaka (17 véhicules attendent du côté est de la ville) et menacent de lancer un assaut qui pourrait survenir à  tout moment. Face à la montée de la pression, l’armée malienne a brisé son  » cantonnement forcé  » pour se déployer dans la ville. Malgré les injonctions de la MINUSMA  à  rester dans leur camp, les militaires ont sur  l’insistance de la population qui a multiplié les marches à cet effet ces derniers jours, conservé leurs positions dans la ville. Les forces patriotiques à l’origine de la libération de Ménaka ont, quant à elles,  quitté la ville pour se  déployer dans les environs. Elles  ont resserré leur dispositif en vue de mettre en échec toute offensive des narco-séparatistes.

soldat militaire armee fama malien drapeau mali

La tension monte de plus en plus à Ménaka et, à tout moment, les hostilités pourraient se déclencher.  La localité de Bambara Maoudé, nouvelle cible des groupes narco-séparatistes

Trois militaires tués

Longtemps épargnée par les attaques terroristes, la localité de Bambara Maoudé est désormais dans le collimateur des forces obscures qui ont lancé,  hier lundi, en début de matinée, aux environs de 5h30, une attaque contre le détachement de l’armée malienne présent dans cette commune située entre Douentza et Tombouctou.  Trois militaires ont trouvé la mort et d’autres blessés.  L’attaque a été revendiquée par le MAA-dissident qui dit avoir agi au nom de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) qui a décidé, depuis la reprise de Ménaka par les unionistes,  de s’attaquer à toutes positions ennemies, y compris celles de l’armée malienne. Comme ce fut hier le cas à Bambara Maoudé. De sources concordantes, plus d’une trentaine d’assaillants ont lancé l’assaut. En plus des éléments du MAA dissident, ceux du MNLA ont pris part aux combats.

Abdoulaye DIARRA

 

Source: L’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.