Pour débattre des questions de la démobilisation, du désarmement et de la réinsertion : Une rencontre est prévue vendredi entre le gouvernement et les groupes armés à Gao ou Mopti

S’exprimant hier mardi au cours d’une conférence de presse sur le massacre de 30 Touareg, le 6 février, à Tamkoutat, dans la région de Gao, le ministre de la Réconciliation nationale et du Développement des régions du nord, Cheick Oumar Diarra, s’est dit optimiste quant au retour très prochain de la paix dans notre pays. A le croire, il est prévu d’organiser, le vendredi 14 février, une rencontre regroupant les représentants du Gouvernement malien, des groupes armés et de la communauté internationale, pour discuter des questions de démobilisation, de désarmement et de réinsertion préconisées par l’Accord de Ouagadougou du 18 juin 2013. Elle sera la deuxième réunion directe entre les officiels maliens et les représentants des groupes armés, après l’audience que le chef de l’Etat avait accordée à ces derniers, le 17 septembre 2013. Notons que la rencontre annoncée aura lieu à Gao ou à Mopti.
cheick oumar DIARRAH ministre developpement nord reconciliation

Il n’est pas exclu qu’elle se tienne à Bamako pour des questions organisationnelles et logistiques, a déclaré une source proche du dossier.

Autre point de satisfaction pour le ministre Cheick Oumar Diarra, quant à la relance du processus de paix c’est l’atelier qui s’ouvre le jeudi 13 février prochain à Bamako sur les enseignements à tirer des accords précédents. L’objectif est de voir ce qui n’a pas marché dans ces accords pour éviter de reproduire les mêmes erreurs.

Le ministre de la Réconciliation nationale et du Développement des régions du nord a rappelé les efforts consentis par le régime d’Ibrahim Boubacar Kéïta dans le cadre de la réconciliation nationale. Il s’agit de l’organisation des Etats généraux de la décentralisation, de la tenue des assises nationales sur le nord et du forum régional de Gao.

S’agissant du choix du pays médiateur de la crise malienne, il a indiqué que toutes les initiatives sont les » bienvenues » saluant au passage l’action de la CEDEAO. Le ministre a indiqué que c’est le Gouvernement qui a sollicité l’Algérie pour les discussions exploratoires tout en précisant que d’autres initiatives sont en cours. En clair, pour Cheick Oumar Diarra, la position du Gouvernement est de faire en sorte que les discussions se tiennent au Mali.

Se prononçant sur le massacre des trente personnes issues de la communauté Imghad, le ministre a noté que cet incident est la résultante d’un conflit qui existe depuis de nombreuses années. » C’est un conflit structuré autour du bétail et qui met en opposition certaines communautés » a-t-il déclaré insistant sur le fait que ce conflit peut éclater à tout moment dans la mesure où on sort d’une crise. » Les armes circulent et l’Etat n’est pas présent partout » souligne-t-il.

Plusieurs suspects ont été arrêtés et mis à la disposition de la gendarmerie, a-t-il laissé entendre précisant que des enquêtes sont en cours pour traquer tous les auteurs de ce massacre afin de les juger.

Abdoulaye DIARRA
SOURCE: L’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *