Patrouille de longue portée de la MINUSMA : les Casques bleus chez les populations d’Haoussa Foulane dans la Commune de Gabero

Les Casques bleus de la MINUSMA à Gao ont effectué, le 4 décembre dernier, une patrouille de longue portée à Haoussa Foulane, chef-lieu de la commune de Gabero, Cercle de Gao. La Gendarmerie Nationale malienne faisait également partie de cette mission.

soldat minusma casques bleus onu ville kidal tombouctou nord mali

Un marché a lieu chaque dimanche à Haoussa Foulane, le chef-lieu de la commune de Gabero, situé à 45 km au sud de la ville de Gao. Les Casques bleus de la Mission onusienne à Gao y étaient ce dimanche pour assurer la sécurité des habitants qui sont venus de 15 villages. Les attaques répétées contre les vendeurs et les acheteurs, ainsi que les incidents, de plus en plus nombreux, de banditisme armé et de vol de bétail, sont devenus un phénomène courant.

« L’accroissement de vols à main armée de bétail nous inquiète sérieusement » a indiqué M. Mahamane Keita, secrétaire général à la Mairie d’Haoussa Foulane. « Une préoccupation récurrente pour nous » a-t-il insisté alors qu’il recevait les gardiens de la paix dans son bureau situé juste en face du marché.

M. Agaly Mohamed, vendeur de bétail, exprime les mêmes inquiétudes. « Les voleurs de bétail nous fatiguent. Nous perdons beaucoup de têtes de bétail tous les dimanches » déplore également M. Agaly qui habite à plus de 7 km du marché.

Localité de 28 971 habitants, Haoussa Foulane est composée de peuhls, sonrai, tamasheq venant de communes d’Anchawadj, Tarkint (Cercle de Bourem) et de quelques arabes. Leurs principales activités sont l’agriculture, l’élevage, la pêche, le commerce et l’artisanat. « Notre commune de Gabero dispose de 9 premiers cycles notamment à Zinda, Kardjimé, Koissa, Boya, Gaina, Gouthène, Gargouna, Haoussa Foulane, Borno ; 3 seconds cycles à Zinda, Boya et Haoussa Foulane et 3 centres pour l’éducation et le développement. Malheureusement la pénurie de certains profils d’enseignants dans certaines disciplines s’estompe graduellement » se lamente le Secrétaire général.

La situation en matière de sécurité dans cette partie de la région de Gao demeure extrêmement précaire et a eu pour conséquence la non-tenue d’élections communales. « La commune de Gabero était prête pour la tenue d’élections communales, les agents électoraux ont été formés et le matériel de vote était disponible, mais la situation sécuritaire a entravé le processus » a regretté M. Mahamane Keita.

Le marché public d’Haoussa Foulane est aussi l’occasion de se procurer des produits de première nécessité, mais « les prix sont en forte hausse perturbant encore davantage les habitudes de consommation » indique M. Adouhamane Sidi, 32 ans et résident du village de Boya.

La majorité des habitants n’a pas accès aux soins de santé, à l’école, à l’eau potable, et à l’électricité. « A propos de l’électricité, la commune de Gabero se dotera bientôt d’une centrale solaire. Les travaux sont finis et il ne reste que l’installation de panneaux solaires qui offriront d’autres perspectives intéressantes de développement » a révélé le Secrétaire général à la Maire d’Haoussa Foulane.

Les patrouilles de longue distance que mène la MINUSMA jouent un rôle de dissuasion et de prévention des actes de braquage dont sont victimes les populations dans la région. «Tous les dimanches, la MINUSMA, notre partenaire, nous rend visite. Au départ, nous étions très réticents, mais nos relations ont complètement changé » a ajouté le Secrétaire général.

M. Fandjieng Japhet de la Police onusienne/UNPOL et Chef de la Patrouille, a exprimé sa satisfaction après la mission effectuée à Haoussa Foulane. « Une patrouille magnifique aujourd’hui, car nous avons eu assez de temps pour nous entretenir avec la population. Plus nous leur rendons visite chez eux, plus les populations s’habituent à nous. Avant, elles nous évitaient, mais maintenant elles se confient à nous » a-t-il affirmé.

L’inspecteur Jakob Seldrup qui vient tout juste d’être déployé dans la région, a effectué sa première mission sur le terrain pour la MINUSMA. « Très intéressant de s’entretenir directement avec la population qui n’a besoin que des choses essentielles, notamment l’eau, l’électricité, mais aussi que leurs enfants aillent à l’école ».

Source: Minusma

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *