Par peur de représailles et de règlements de comptes : Anefis se déserte de ses habitants

Apparemment, l’annonce du retrait des mouvements de la Plateforme d’Anefis continue à diviser l’opinion publique. Même si, pour certains, cette décision prouve la fermeté de la Communauté internationale et que le chef de l’Etat est encore le seul maître à bord, d’autres estiment, par contre, que c’est le tapis vert qui est déroulé devant la CMA pour un retour triomphal dans cette localité située à une centaine de kilomètres au sud de Kidal. Et d’où elle avait été chassée, le 17 août dernier, lors d’affrontements avec la Plateforme. Par peur des représailles et des exactions que pourraient leur faire subir les ex-rebelles, les habitants ont déjà commencé à faire leurs baluchons.

ville Axe Anefis region Kidal nord mali

C’est toujours le statu quo qui prévaut à Anefis. Bien que l’on constate un retrait très timide des mouvements de la Plateforme, la situation reste très tendue. Ainsi, l’on observe de nombreux déplacements de populations. Lesquelles fuient la localité par peur d’être prises pour cibles par les ex-rebelles pour se replier sur Gao qui enregistre de nouveaux arrivants tous les jours. D’ailleurs, les unionistes ne se sont même pas encore entièrement retirés de cette localité que ex-rebelles commencent à se positionner aux alentours.

A ce sujet, une source précise que des coups de feu ont été entendus, le lundi 7 septembre dernier, non loin de la ville. Alors que certains parlent d’une manifestation de joie des éléments de la CMA qui observent, triomphants, le retrait de leurs adversaires, d’autres évoquent plutôt des échanges de tirs entre les deux camps.

Pour l’heure, les unionistes que nous avons eus au téléphone réfutent toute idée d’affrontements. En tout cas, du côté des habitants d’Anefis, on se presse pour quitter la localité afin de ne pas faire les frais de la folie revancharde des ex-rebelles. Du coup, la localité est en train de se déserter de ses habitants. A noter que la situation est donc très incertaine, car on ignore qui assurera la sécurité des personnes et des biens une fois que le retrait de la Plateforme sera effectif. Beaucoup redoutent un retour de la CMA.

Retrait timide

A cette incertitude s’ajoute le fait que du côté des forces patriotiques, on ne s’empresse pas de quitter la localité. Un cadre de la mission onusienne nous a d’ailleurs confirmé que le retrait est certes entamé, mais il demeure très timide. Bien qu’on ignore tout de la sécurisation des civils et de la date du départ définitif des troupes de la Plateforme, d’aucuns disent qu’il s’agit d’une manœuvre permettant aux unionistes de s’assurer qui prendra leur relais une fois que leur retrait de la localité sera effectif. Ainsi, au cours d’un entretien téléphonique, l’un des leaders de la Plateforme, en l’occurrence Me Harouna Toureh, a affirmé que bien qu’elles aient décidé de quitter Anefis par respect au président de la République, leurs forces n’hésiteront pas à y retourner si la population en faisait la demande à cause des exactions que lui ferait subir la CMA, comme par le passé. Déjà, certains affirment que lorsque la localité était sous leur contrôle, les ex-rebelles se livraient à toutes sortes d’exactions et de sévices à l’encontre de la population civile.

Certains gardent un très mauvais souvenir du passage de la CMA dans cette localité. Selon des témoignages recueillis sur place, une fois, un médecin qui se déplaçait en brousse pour soigner un enfant gravement malade a été braqué et chassé par des éléments de la CMA.

En tout cas, la question de la sécurisation de la ville et de ses habitants après le départ de la Plateforme risque de se poser avec acuité. Même si l’on sait que la condition que les unionistes fixaient pour leur retrait d’Anefis, à savoir un redéploiement de l’armée malienne pour sécuriser les populations, ne tient plus, en revanche on parle d’un effectif plus conséquent des casques bleus, notamment tchadiens, sur place. Reste à savoir si cela sera suffisant pour rappeler la CMA à l’ordre quand il le faudra.

Massiré DIOP

 

Source: L’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *