Nord du mali : SOS pour Ménaka

Depuis les années 1990 la population du cercle de Ménaka n’a pas respiré l’air d’une vraie paix, à cause des rébellions récurrentes dont la plus grave est celle du 17 janvier 2012.

combattants soldat militaire groupe bandits armee rebelle touareg mnla hcua maa

Aujourd’hui le constat est amer. La population est oubliée. Rien ne va dans le cercle sur le plan sécuritaire la situation est chaotique. A titre d’exemple l’embuscade tendue au convoi du maire d’Anderaboucane par des hommes non identifiés. Ceux qui prétendent assurer la sécurité ne contrôlent rien dans la zone.

Les forains sont dépouillés de tous leurs biens régulièrement dans les foires hebdomadaires comme le cas de la semaine dernière dans la zone Aguazaraguene dans la Commune d’Inekar.

Sur le plan social, les communautés se regardent en chiens de faïence et la confiance ne règne plus entre elles. « Il faut s’attendre à ce genre des situations lorsque l’anarchie règne dans une ville », s’indigne un habitant de Ménaka.

Comme l’a dit un adage de Ménaka « aman iman » (l’eau est la vie), l’eau est devenue une denrée rare à Ménaka. Hormis dans les grands centres, l’éducation, l’emploi, la santé… sont aujourd’hui de vieux souvenirs à Ménaka.

Yehia M. Baby

Stagiaire

SOURCE /  L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.