Nord du Mali : Les besoins humanitaires persistent dans différents secteurs !

Malgré l’ampleur de la réponse humanitaire apportée, les données des enquêtes révèlent une dégradation de la situation  humanitaire entre 2014  et 2015. La prévalence de la malnutrition aigüe globale  dans la région de Tombouctou est passée de 14,8 à 17. Ce qui dépasse le seuil d’urgence fixé à 15.Le nombre de contraintes d’accès humanitaire enregistrées au Mali est déjà plus élevé que   pour l’année 2014. Telles sont les informations clés qui se dégagent de la visite dans notre pays de John Ging, directeur des opérations d’Ocha,  qui aux termes de la tournée qui l’a conduit  respectivement dans les régions de Gao, Tombouctou, et Kidal a animé un point de presse le samedi dernier  au siège du PNUD accompagné de M’baranga Gassarabwé, représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies.

Selon le missionnaire humanitaire, il faudra remobiliser plus de financement pour continuer à  aider des personnes dans le besoin. John Ging qui s’est réjoui de la réouverture des écoles, fermées depuis 2012 dans  la région de Kidal.

La visite du directeur des opérations de l’Office de la Coordination des Affaires Humanitaires (Ocha) basé à New York  entre dans le cadre de la mobilisation des partenaires pour faire face aux urgences après la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale. Lors de sa mission,  M. John Ging, a rencontré sur le terrain les partenaires humanitaires ainsi que plusieurs membres du Gouvernement.

Sur le terrain, la dégradation de la situation humanitaire touche plusieurs secteurs. Le nombre total de personnes déplacées (déplacés internes et réfugiés) s’élève à 199 200 personnes : 137 300 réfugiés dans les pays voisins (le 30 sept. 2015 / HCR) et 61 900 personnes déplacées internes (sept 2015 / IOM- DNDS).Le taux de malnutrition aiguë globale nationale est de 12,4 % (y compris un taux de 17 % dans la région de Tombouctou, au-dessus du seuil d’urgence). Plus de 51 000 enfants de 6 à 59 mois souffrent de malnutrition aigüe  avec un risque de mortalité de 3 à 9 plus élevé.

Dans le domaine de l’Éducation, dans la région de Kidal une dizaine d’écoles seulement ont repris les activités scolaires. Dans le domaine de la Santé, plus de 2 millions de personnes ont besoin d’assistance en santé, y compris pour prévenir les épidémies (méningite, le choléra, la rougeole, etc.). Environ 8% des centres de santé dans les zones touchées par la crise restent non fonctionnels

Dans le secteur de l’Eau, hygiène et assainissement, à l’échelle nationale, seulement 63 % des gens ont accès à des sources d’eau améliorées. Quelques 650 000 de personnes ont besoin d’accès à l’eau dans les zones touchées par le conflit selon le cluster WASH. Rappelons que le nombre de personnes assistées en 2015 par secteur se chiffre à: 1,6 million en sécurité alimentaire, 1,3 million en santé, 150 000 en protection, 29 000 en abris, 64 000 en éducation, 200 000 en nutrition et 190 000 dans le secteur de l’eau, hygiène et assainissement.

Daniel KOURIBA

 

Source: Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *