MJL/MAA/CMA : Les raisons d’une rupture…

En septembre dernier, des chefs de fraction, responsables, leaders et notabilités ressortissants de Ber (région de Tombouctou), et membres du MAA (CMA), se sont désolidarisés des méthodes guerrières de leur mouvement sous la conduite de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA).

malick-alhousseini-maiga-ministre-energie-eau-conference-coren-bilal-ag-acherif-rebelle-touareg-combattant-cma-mnla-hcua

Après une analyse critique de la situation, le groupe a lancé un nouveau mouvement politico-militaire, le Mouvement pour la Justice et la Liberté (MJL). Qui consacre la rupture avec le Mouvement Arabe de l’Azawad (MAA) et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA).

Ce groupe avait, à l’époque, fait une déclaration dans laquelle, il informe les parties prenantes de sa volonté de ne pas cautionner les « aventures guerrières » de la CMA. « Nous chefs de fraction, responsables, leaders et notabilités ressortissants de Ber, région de Tombouctou, membres aussi du MAA et de la CMA. Après une minutieuse de la situation au Nord du Mali et de tout ce qui s’y passe informons :

Le Chef de file de la médiation internationale, l’Algérie, le Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali, Chef de la Minusma. Toutes les autorités du Mali ainsi que l’opinion nationale et internationale que désormais nous n’entendons plus nous laisser embarquer dans des aventures guerrières injustifiées et pour des raisons inavouées.

Demandons au Peuple malien de bien vouloir pardonner et prier pour le retour de nos frères égarés de la République.

Rappelons que l’Accord issu du processus d’Alger signé par la CMA et la Plateforme évoque de façon claire la préservation de l’Unité Nationale, la laïcité et l’intégrité territoriale du Mali, dès lors il nous est incompréhensible que nos populations continuent d’être instrumentalisées pour des marches contre la République et conduites dans des conflits fratricides.

Nous avons souhaité ce jour faire cette déclaration devant la presse nationale et internationale et mais aussi devant nos frères de la Plateforme avec lesquels nous comptons tout mettre en œuvre pour privilégier le combat pour la Paix et le développement au bénéfice de nos populations qui ont tant souffert », a déclaré, le 27 Septembre 2016, Sidi Mohamed Ould Mohamed, porte-parole du groupe. Qui a été dans l’obligation de lancer son propre mouvement, suite à l’insistance de la CMA à persévérer dans l’erreur et l’égarement. Le Mouvement pour la Justice et la Liberté (MJL) va prendre en charge les préoccupations de ce groupe et des populations qui partagent sa vision de paix et d’unité nationale.

Présidé par Sidi Mohamed Ould Mohamed, le MJL s’érige désormais en défenseur des droits des populations de sa zone d’influence. Et c’est pourquoi, il a décidé de se battre pour l’application de l’Accord pour la paix et la Réconciliation nationale, que ses membres ont signé sous la couverture du MAA et de la CMA. Aujourd’hui, le MJL qui serait très proche de la Plateforme réclame une participation inclusive de tous les mouvements armés dans la mise en œuvre de l’Accord. Le mouvement, composé dans sa majorité d’arabes, dispose d’un nombre important de combattants, qui ont besoin d’être rassurés et accompagnés, par les autorités nationales. Parce qu’au lieu de soutenir ou de courir derrière des gens qui affichent des positions extrémistes, il est du devoir de l’Etat et de ses partenaires de la médiation internationale d’encourager ceux qui ont décidé d’agir dans le sens de l’unité nationale et de la paix. La République ne doit pas être ingrate vis-à-vis des Républicains et des patriotes. Ceux-ci ne doivent en aucune manière regretter leur attitude courageuse et patriotique contre les ennemis du Mali.

Fakoro Traoré

Source: Le Repère

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *