Mise en place du mécanisme opérationnel de Kidal : Bras de fer entre le comité de suivi de l’accord et la CMA

Le camp I de Kidal  transformé en QG (quartier général) et /ou en centre névralgique du dispositif  de défense  mis en place  par les ex-rebelles kidalois se trouve au cœur d’un différend  entre le CSA et la coordination du mouvement de l’Azawad.

azawad rebelle touareg peulh mnla cma hcua plateforme islamiste djihadiste bandit armee combattant ville nord mali kidal

Voilà que le masque est tombé. Nos frères de la CMA veulent le beurre et l’argent du beurre. Ils tirent profit du gouvernement malien et tirent en même temps profit de leurs affaires illicites à Kidal et se donnent à chaque fois la liberté de critiquer de mauvaise foi, l’Etat de trainer ses pas dans l’application de l’accord. A l’origine du bras de fer entre eux et le patron de la MINUSMA, leur refus de quitter ledit camp pour sa mise à disposition aux éléments du bataillon du mécanisme opérationnel de coordination incessamment  en positionnement à Kidal.

Il nous revient que le président du comité de suivi de l’Accord a  enjoint à la CMA de se plier aux exigences dûment arrêtées au sein du comité.  A contrario, certains membres de la coordination kidaloise en l’occurrence les meneurs de troubles feront  l’objet de sanctions pécuniaires. Selon des sources proches  du CSA, ces injonctions  ont fait l’objet d’une correspondance adressée au président de la CMA Algabass Ag Intalla.

Dans sa correspondance,  le président du comité de suivi de l’Accord  fait état au désappointement face aux velléités de diversion,  voire des tendances à répétition d’obstruer le processus de mise en œuvre  de l’Accord pour la paix et la réconciliation.

Selon les mêmes sources, le CSA entend saisir la médiation internationale de cet état de fait.

De son côté, le président de la CMA  déclare  que le bataillon en coordination de Kidal  en perspective  pour le mécanisme opérationnel de coordination de Kidal n’est pas  constitué encore, toute chose qui justifie la présence d’ouailles au camp I de ladite ville. En tout état de cause, l’attitude de la CMA  ne surprend  guère. Les péripéties de la mise en œuvre   de l’Accord sont parsemées de séquences  de revirements, de provocations sur fond de surenchère de la part de l’ex-mouvement rebelle.

Si l’on  ne prend garde, cette énième  rebuffade de la CMA  va remettre en cause une  fois encore,  le mécanisme de sécurisation  des personnes  et des biens dans le septentrion du Mali.

BT       

 

Source: Mali Sadio

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *