Ménaka: la Société Civile demande à la CMA de quitter la ville

Déclaration des Elus et Représentants de la Société Civile
A Monsieur le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Bamako

Monsieur,
Suite à la lettre numéro 2019-174/CTS/SEC du Président de la CTS en date du 27 décembre 2019 relative au délai de sortie de la CMA et de la Plateforme reçue officiellement par les parties en conflit ;
Nous élus, notables et représentants de la société civile de la Région de Ménaka :
– Surpris par la déclaration faite aux noms de certains notables de la région de Ménaka, tendant à se substituer aux forces armées et aux administrations d’Etat
– Etonnés par la citation de certains notables à leur insu dans cette déclaration
– Affligés par la présence des noms de certains individus n’appartenant pas à la ville de Ménaka
– Soucieux de préserver la cohésion sociale et le vivre ensemble
– Conscients du danger que représente pour la ville de Ménaka la présence d’armes de tous calibres en places et lieux des forces de défense et de sécurité nationales; djeliba24
– Reconnaissant les manœuvres dilatoires et de diversion utilisés par des individus en mal de popularité pour des fins politiques inavouées et perdues d’avance
– Condamnons avec la dernière rigueur cette déclaration appelant à un affrontement contre des mouvements de la Plateforme dont la ligne de conduite pour l’unité nationale et la paix des populations est connue de l’opinion nationale et internationale
– Rappelons que cette situation de crise fait suite au meurtre d’un officier de la Plateforme par certains signataires de ladite déclaration
– Attirons l’attention des uns et des autres que la sécurité de la région à de tous temps été assurée par la Plateforme
– Rassurons les uns et les autres sur l’engagement desdits mouvements de la Plateforme au respect strict des instructions de la CTS
– Appelons la MINUSMA et la force BARKHANE à faire respecter les termes du cessez-le-feu notamment dans ses dispositions relatives au positionnement des mouvements et groupes armés sur leurs positions initiales.
– Exigeons le départ de la CMA de l’intérieur de la ville de Ménaka jusqu’à la distance édictée par la CTS
– Exigeons une fois de plus que la sécurité de la ville soit tenue par les forces de défense et de sécurité nationales aux cotés de leurs partenaires internationaux.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *