Mardi dernier, le sang a bien coulé à Gao !

Le sang a bien coulé le mardi dernier à Gao. Il y a eu des morts et des blessés. Ces derniers, au lieu de songer à panser leurs plaies, sont dans la colère et l’indignation totales.

execution tuerie mort deces malade blesse sang hopital manifestant marche protestation foule minusma nord mali tombouctou kidal gao

Oui, c’est vrai, la Cité martyre des Askia, qui renaissait d’une très longue année de coupure annexion, de  domination barbare et dégradante d’avec le reste du pays, à l’instar de Tombouctou, en 8e région  et Douentza, en 5e région, n’a pas encore fini de compter ses morts et ses blessés ! Fatiguées  de ne pas se faire entendre sur les injustices dont elle continuait d’essuyer, ses populations, j’allais dire, ses enfants, se décideront à marcher jusqu’au à la base de la force censée être une force d’interposition  pour, croyons- nous savoir, demander tout simplement à celle- ci de partir de leur terre.
Instinct de survie  face à une foule menaçante ? La force en présence, dégaina en laissant dans la poussière du chaud soleil de la ville des Askia. Bilan : 3 morts et beaucoup de blessés, dont certainement gravement atteints. Tout ça  pour un soi-disant accord de zone que la Minusma aurait signé avec la coalition des mouvements de l’Azawad. Un document complaisant sans lequel il n’y aurait ni la bavure constatée, ni tant de morts et blessés dans la cité des Askia.  Pour se pas se disqualifier de sa mission première, la MINUSMA doit rectifier son tir. Comme cela, une triste parenthèse se fermerait pour de bon. Quoi
qu’il arrive, le MNLA n’aura pas de droit particulier à Gao comme c’est déjà le cas à Kidal !  Mais, aujourd’hui, que va faire la MINUSMA, même après le retrait de l’accord présumé, comment va-t-elle désormais s’y prendre dans la perspective d’un retour dans le cœur des
maliens ?

Bien malin,  celui qui pourra prédire sur l’avenir de la Minusma à Gao. En tout cas, après tout ce qui vient de se passer,  les enfantsde la Cité des Askia  n’arrêteront plus d’exiger son départ !

La Rédaction

source : La Nouvelle Patrie

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.