Libération des jihadistes : Le Procureur général réduit au silence

Suite à la libération de certains combattants des groupes armés du nord en 2013, le Procureur général Daniel Tessougué était monté au créneau pour dénoncer cet état de fait et avait même juré que tant qu’il restera Procureur général, ces bandits armés ne seront pas libérés. Pourtant, le 9 décembre dernier, quatre autres présumés jihadistes ont été libérés en échange du dernier otage français Serge Lazarevic, sans que le PG ne pipe mot !

daniel tessougué procureur general avocat juge magistrat cour appèl

Magistrat téméraire et rigoureux dans ses prises de décisions, le Procureur général près la Cour d’Appel de Bamako, Daniel Tessougué, puisqu’il s’agit de lui, ne cesse de surprendre les Maliens à travers ses sorties médiatiques. En effet, beaucoup se souviennent encore de ses déclarations en 2013 après la libération de certains combattants des groupes armés par nos autorités. Des déclarations qui avaient donné une lueur d’espoir aux Maliens d’autant qu’elles supposaient la fin de l’impunité dans notre pays. Pour rassurer les Maliens, le Procureur général avait dit ceci : «Je ne peux pas accepter que des voleurs de moutons soient jetés en prison et que ceux qui ont commis des massacres, des viols soient libérés parce qu’ils ont la peau blanche. Personne d’entre eux ne sera libéré. Nul n’a le droit de les libérer ! Nul ne les libérera !» Ces propos, tenus par le Procureur général près la Cour d’Appel de Bamako en 2013, avaient redonné confiance au citoyen lambda. Mais voilà qu’une année après, le PG vient d’être rattrapé par ses propos avec la libération de 4 présumés jihadistes contre celle du dernier otage français, Serge Lazarevic.

Sûr de lui, Daniel Tessougué avait juré que «tant que je resterai Procureur général, ces combattants-là ne seront pas libérés !» Le Procureur général avait même déclaré que «si le président Dioncounda Traoré annule les mandats d’arrêt contre les leaders du MNLA, il se rendra coupable de haute trahison». Malheureusement, après la libération de quatre présumés terroristes, le Procureur général demeure coi.

Muré depuis dans un mutisme incompréhensible, Daniel Tessougué doit savoir que les Maliens le regardent désormais d’un autre œil. 

Zakariyaou Fomba

SOURCE: Le Débat  du   19 déc 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.