Libération de 10 combattants du Gandakoye aux mains de la CMA : Une prouesse réussie par le maire de Goundam !

On lui connaissait des talents de communicateur, pas ceux de médiateur. Et pourtant, sur une initiative personnelle, Mme Seck Oumou Sall, maire de Goundam et présidente du Mouvement Trait d’Union, vient de réussir, il ya quelques jours, à faire libérer 10 combattants de Gandakoye qui étaient retenus prisonniers par la CMA. C’était à travers une mission de médiation composée par elle-même, Mamadou Togo de l’Association Gina Dogon et  Amadou Tékété de la société civile.

A l’annonce de la signature de l’accord de paix issu du processus d’Alger auquel Mme Seck Oumou Sall a pris part activement,  les groupes armés de la CMA avaient multiplié leurs attaques dans le nord et particulièrement dans le cercle de Goundam. Une situation que le maire et les ressortissants de cette localité du Mali n’ont cessé de dénoncer. Dans leur ignoble besogne, ces groupes armés, opposés à la paix dans le nord du Mali ont multiplié leurs  attaques contre les positions des Forces Armées Maliennes (FAMa) et même contre les populations civiles.  Selon des sources securitaires, c’est  suite à ces attaques à répétition que la milice d’autodéfense Gandakoye a décidé de  reprendre les armes pour défendre les populations civiles.  Ce qui va donner lieu à des combats entre les deux camps. Cependant, lors des affrontements,  10 combattants de cette milice seront retenus  prisonniers par la CMA. Il s’agit de 8 combattants capturés à Bintagougou, 1 enlevé à Tombouctou et un autre enlevé à Ber.  Informé de cette situation, le maire de Goundam, Mme Seck Oumou Sall s’est sentie concernée en premier chef . C’est  ainsi qu’elle a entrepris d’y effectuer une mission de médiation dans la perspective de libérer les prisonniers. Elle s’est  faite accompagner par Mamadou Togo de l’Association Gina Dogon et par Amadou Teketé de la société civile malienne. Selon les explications de Mme Seck Oumou Sall, il s’agissait d’une mission de médiation qu’elle a elle-même initiée. Et pour ce faire, elle dit avoir informé  ses ainés de l’Association Gina Dogon et de l’AMDH qui ont trouvé cette initiative très salutaire. C‘est pourquoi, ils ont décidé de l’accompagner. Selon elle, lors de cette mission, ils ont joué sur la fibre des liens de parenté et  de fraternité. Mais aussi, le Sinagouya (Cousinage à plaisanterie) auxquels, les représentants de la CMA ont été très sensibles.« Nous avons utilisé la voie de la parenté et de la fraternité car  il s’agit  de ressortissants d’un même terroir et il n’est pas bien qu’ils prennent les armes les uns contre les autres car le dialogue peut tout régler. », a indiqué Mme Seck Oumou Sall. Elle a, par ailleurs, invité les milices à déposer les armes. A en croire Mme Seck Oumou Sall, pour la résolution de la crise du nord, la communauté internationale  a fait son devoir, mais aussi le gouvernement du Mali, qui fait de son mieux. Et il reste à la société civile malienne de jouer pleinement son rôle pour que la paix ne soit pas hypothéquée. Et Mme Seck Oumou Sall de préciser que cette libération a eu lieu sans conditions, car les groupes armés de la CMA ont été juste sensibles aux liens de parenté et de fraternité sur lesquels ils se sont appuyés. A noter que cette mission est une initiative de Mme Seck Oumou Sall, qui, après la libération des 10 prisonniers, en a informé le Premier ministre Modibo Keita qui s’est beaucoup réjoui du résultat obtenu.   Avant de l’encourager à poursuivre de telles initiatives et d’inviter les acteurs de la société civile malienne à suivre son exemple.

D.Diama

 

Source: Canard Déchainé

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.