L’Etat s’apprête à libérer 19 rebelles en toute discrétion !

Le Gouvernement du Mali après la signature des accords de Ouaga a procédé à la libération et la levée des mandats d’arrêts qui pesaient sur certains rebelles, cela  dans le souci du maintien du dialogue comme alternative pour une sortie de crise.

 

NEGOCIATION MNLA ANSSARDINE MALI OUAGADOUGOU

En effet, ces libérations et levée de mandats avaient fait grincer les dents de bons nombre de maliens qui ne comprenaient pas pourquoi, étaient mis en liberté des rebelles qui s’en sont pris au pays, tuant, violant et volant. Les autorités avaient donné des explications pour dire que tout cela rentrait dans le cadre de la réconciliation et de la recherche de la paix. On se rappelle lors d’une de ses apparitions, le Président de la république répondant ainsi aux critiques disait «  si le prix à payer pour la paix est la libération d’autres rebelles, je le ferai sans hésiter ». Cette déclaration du président de la République semble être toujours d’actualité, même si elle est en train de changer de forme. En effet en milieu de semaines nous avons reçu des informations de sources concordantes que le gouvernement s’apprêtait à remettre en liberté 19 rebelles qui avaient été pris sur le champ de guerre. Mais cette libération contrairement aux précédentes, est en train de se faire dans la plus grande discrétion. Selon notre source qui nous a même fournis les noms des potentiels rebelles candidats à la libération, elle se fait dans un cadre strictement officieux. Car aucune autorité n’a jusque-là endossé la responsabilité et ils entendent trouver une solution camouflée afin d’exécuter le plan.  Ils sont 19, et le motif par lequel on cherche à les libérer serait un « transfèrement pour changement de lieu de détention », mais en réalité ce n’est qu’un stratagème pour les remettre en liberté. Cela montre à suffisance que les autorités malgré la grande confiance des maliens ne nous disent pas toute la vérité en ce qui concerne le processus de négociation et de réconciliation. Pourtant, il est difficile d’obtenir une quelconque réconciliation sans passer par la justice. Un fait inquiétant quand on sait que les rebelles qui ont sévi au nord sont connus et leur libération pourrait engendrer des règlements de compte et autres vengeances, voire pire soulever d’autres tensions intercommunautaires,  car ceux appelés à bénéficier de la libération  sont majoritairement  touaregs.

 

 

Nous vous livrons ainsi la liste des personnes concernées. Parmi  elles, des anciens gardes et autres militaires qui ont servis à Bamako et ailleurs dans le pays avant de déserter pour rejoindre les rebelles.

 

1-     Mohamed Ag Sayia

2-    Mossa Ag Mohamed

3-    Bilal Ag Mohamed

4-    Echeick Ag Taïbou

5-    Noh Ag Ibrahim

6-    Mohamed Ag Ahmed

7-    Mahmoudoune Ag Mohamed Ibutal

8-    Ahmayad Mohamed Alhassane

9-    Mossa Ag Sidi

10-                      Abilal AG Sidahmed

11-                      Mohamed Bay Ag Sanno

12-                      Ghissa Ag Mmikal

13-                      Sidi Mohamed Ounuss

14-                      Ghaly Ag Ilback

15-                      Issouf AG Gadidan

16-                      Abdoul rahmane Ag almoustapha

17-                      Ahmahmoud Ag Malick

18-                      Oiyé Ag Ibrahim

19-                      Akly Ag introufane

Hamidou

 

SOURCE: Le Pays
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *