Le Mnla en balade dans les chancelleries occidentales : La diplomatie malienne prend le devant

Isolé sur le continent africain, le Mnla tente de redorer son blason et de se positionner dans l’éventualité des pourparlers qui se profilent à l’horizon avec Bamako. C’est pourquoi quelques uns de leurs leaders ont pris leurs bâtons de pèlerin en direction du monde occidental. Mais partout où ils ont passés, ils ont été priés de retourner dans  la République.  Toute chose qui est à mettre à l’actif de la diplomatie malienne.

mnla azawad MAA bandis combattant touareg rebelles negociation dialogue

Apres avoir tourné en bourrique le monde entier, les « hommes bleus » se réclamant du Mnla  ont joué leur dernière carte.  Les leaders de ce mouvement séparatiste qui n’ont plus d’interlocuteur  en Afrique faute d’argument valable ont décidé de changer de fusil d’épaule. Ils ont choisi  certaines chancelleries occidentales pour se faire entendre. Première étape de ce périple : la Russie. Mais ils se sont heurtés au président Vladimir Poutine qui n’a pas le temps des enfants gâtés. Comme toute réponse, il leur a été demandé de se fondre dans la République du Mali.

 

Cette visite a provoqué l’ire de Bamako au point que l’ambassadeur Russe a été convoqué au ministère des affaires étrangères. Après la Russie, ils se sont tournés vers la confédération Helvétique, là également ils n’ont pas eu écho favorable.  Dans la foulée, la Suisse a démenti tout soutien au mouvement. La  dernière   étape de ce périple  à la recherche d’une marque de reconnaissance fut  l’Italie.

 

Dans  ce pays non plus, ils n’ont pas obtenu gain de cause. Car aucun de leurs arguments n’a convaincu les Italiens. En désespoir de cause, Moussa Ag Assarid est revenu  à la charge pour souligner sur les ondes de la voix de l’Amérique  que l’autonomie reste la seule option possible. Délaissé par  les Africains, sommé par la France de revoir sa position, mis sur le banc de touche par l’ONU, depuis l’assassinat de nos confrères Ghislaine Dupont et Claude Verlon, le Mnla n’a d’autre choix que  de se ranger dans la République.  Cet échec du mouvement est à mettre à l’actif de la diplomatie malienne qui a cessé d’être amorphe depuis que les djihadistes ont été faire du chantage dans les émirats du golfe pour obtenir de l’argent et venir déstabiliser le pays.

 

Badou S KOBA                    

SOURCE: Le Prétoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *