LA PATRIE EN DANGER : GAO SONNE L’ALARME

Le 21 juin 2020 dernier, les membres et sympathisants du mouvement Gao Faara, un regroupement de toutes les communautés de la ville, sont sortis pour battre les pavés. Comme pour  les manifestants à Bamako, réclamant la démission du président de la République deux jours avant. Dans la cité des Askias, c’est la tête du chef de l’exécutif régional, que les manifestants réclament.

Au gouverneur de Gao, le mouvement Gao Faara, reproche les affres vécues par les populations de la région malgré la présence de l’Etat, à travers nos forces de sécurités. Aussi, ils se demandent à quoi sert la présence de la « communauté internationale » avec la MINUSMA et Barkhane, si l’on sait dans cette partie du pays chaque jour qui passe, est accompagné de son cortège de morts. L’insécurité est devenue le quotidien des gaois selon le porte-parole de Gao Faara et Gao Hottou. A cela il ajoute, que les divisions au sein des organisations des jeunes et des femmes sont l’œuvre du gouverneur.

Les organisateurs du point de presse, place de l’Indépendance à Gao pour faire savoir à l’opinion que l’exécutif régional a échoué sur tous les plans : sécuritaire, rassemblement des populations, et développement depuis qu’il est gouverneur à Gao. Pour argumenter leur mécontentement, les manifestants attribuent au gouverneur, en plus de l’insécurité, les manques dans la ville de Gao d’électricité et d’eau.

Selon, Moussoudou, porte-parole du mouvement Gao Faara. « Ce qui est plus grave Gao n’existe plus encore, parce que l’État est à terre, et le gouverneur a fait de telle sorte que l’Etat est devenu irresponsable et incompétentC’est la raison pour laquelle nous voulons sauver notre Gao, d’où notre appel lancé au président de la république pour lui témoigner de l’injustice du gouverneur ». Il ajoute qu’il existe dans la ville de Gao, la présence de toutes sortes d’hommes armés, dont les nationalités ne sont connues de personne, cela dans une indifférence totale de l’exécutif régional.

Gao étant une région stratégique pour le pays, les membres de Gao Faara, ont profité de la rencontre pour exprimer leur inquiétude, à savoir que le Mali perde Gao. Aujourd’hui, la ville est remplie de groupes armés dont les identités sont ignorées, on ne sait pas si ce sont des terroristes, des partenaires étrangers, et ou autres militaires algériens.

Le mouvement Gao Faara regrette que malgré la présence des différentes forces : armées maliennes, françaises, de la MINUSMA, des services, des pharmacies et autres établissements commerciaux sont attaqués et pillés en pleine journée sans que les auteurs ne soient retrouvés. Les responsables du mouvement, envisagent d’autres actions dans les jours à venir afin d’obtenir le départ du gouverneur de la région de Gao.

Au regard de la situation dans laquelle se trouve la patrie, crise multidimensionnelle : insécurité, politique et socioéconomique, que toutes les filles et tous les fils patriotes se mobilisent pour sauver la patrie en danger. Depuis quelques temps, l’unicité du pays est absente dans les débats, n’est-on pas en train de perdre le Nord de notre pays.

Ressaisissons nous vite, faisons fi de notre égo pour engager le combat du retour de toutes nos régions dans le Mali un et indivisible.

Mettons nous ensemble pour faire front à cette « communauté internationale », qui n’est là que pour son propre agenda, et non pour le bien du peuple malien.

La population de Gao, vient de tirer la sonnette d’alarme. A bons entendeurs salut !

MBT

Source: letemps

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *