La CMA et la Plateforme signent un accord à Ménaka :

LES GROUPES ARMES ENTERRENT-ILS DEFINITIVEMENT LA HACHE DE GUERRE ?

 

Dans le cadre de la sécurisation des personnes et de leurs biens dans la région de Ménaka en proie à l’insécurité, la Plateforme et la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) ont apposé leurs signatures sur un document de paix. Le plus important est le retour définitif de la paix. Il ressort des données qu’un accord a été trouvé et signé pour la sécurité de la ville de Ménaka dans le nord de notre pays. Ni plus, ni moins, il s’agit d’un accord  entre la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA)  et la Plateforme. D’ores et déjà, la question qui revient sur les lèvres est la suivante : connue pour ses jeux troubles, la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) respectera-t-elle son engagement ? Cette question mérite  d’être posée, dans la mesure où cette coordination est connue pour ses voltefaces. Donc, attendons de voir, le temps étant le meilleur juge. Des sources révèlent que cet accord a été signé le week-end dernier entre ces deux groupes armés afin de mettre un terme à la circulation des armes, l’insécurité, les violences intercommunautaires. Cela permettra de donner un nouveau souffle à la population qui fait les frais de l’insécurité qui secoue dans la zone depuis des années. Il nous revient qu’il s’agit de trouver des voies et moyens afin de mettre fin à l’insécurité grandissante dans cette région. A travers la signature de ce document d’une importance capitale pour la paix dans la zone, ces deux mouvements  cautionnent l’arrêt de tout acte hostile et la protection des personnes et de leurs biens dans les zones sous leur contrôle.     Selon nos confrères de la RFI, si des responsables du dialogue politique, de l’ex-rébellion la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) et de la Plateforme composée de groupes armés pro- gouvernementaux ont fait le déplacement de Ménaka, ce sont les chefs militaires de sécurité des deux mouvements armés également présents qui ont signé l’accord. Pour les observateurs, ce détail est important. Ce sont les combattants qui sont sur le terrain. S’ils s’engagent eux-mêmes à faire cesser les hostilités, c’est un gage important. Il ressort des données qu’outre la cessation des hostilités, un point important de l’accord est l’instauration de patrouilles mixtes. Si cette mesure devient effective, les populations seront plus rassurées. Dans la région de Ménaka, à côté des attaques djihadistes, les conflits intercommunautaires, les rivalités entre la CMA et la Plateforme ont fait de nombreuses victimes. L’insécurité s’installe de plus en plus et les humanitaires ont été obligés temporairement de plier bagage. Il ressort des données qu’outre la cessation des hostilités, un point important de l’accord est l’instauration de patrouilles mixtes. Si cette mesure devient effective, les populations seront plus rassurées. Des postes de contrôle anarchiquement installés où souvent les civils sont rackettés devront alors disparaître. Il est important de reconnaitre que des représentants de la force française Barkhane et de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) qui est une opération de maintien de la paix des Nations Unies au Mali ont assisté à la signature de l’accord. Ils pourront aider au contrôle de la circulation des armes. Sur ce point, l’arsenal des mouvements armés est impressionnant. Ce qui ne souffre d’aucune ambigüité, les plus hautes autorités et leurs partenaires tiennent à la paix et à  la stabilité sur l’ensemble du territoire national. Donc, cette initiative de la part de la Plateforme et de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) ne peut être que salutaire.

Tougouna A. TRAORE

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *