KIDAL Manifestation contre la présence de l’armée

A peine arrivée dans la ville de Kidal, que le premier bataillon de l’armée malienne reconstituée est contesté. Plusieurs dizaines de manifestants massés devant le camp Général Abdoulaye SOUMARE disent qu’ils « ne sont pas d’accord avec le retour de l’armée ». Ce premier bataillon composé d’au moins 300 éléments, dirigé par le Commandant Mamadou Keïta, est arrivé à Kidal, le jeudi 13 février dernier dans la soirée. Ce retour des soldats maliens est une décision prise, la semaine dernière, au cours de la quarante-sixième (46ème) session ordinaire de la Commission Technique de Sécurité tenue à Bamako. « L’armée est bien arrivée à Kidal. Voici tout ce qu’on peut dire pour le moment », a déclaré le Colonel Diarran Koné, directeur de l’Information et des relations publiques des Armées. Selon la CMA, un des groupes armés signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation, ce déploiement de l’armée reconstituée se fera progressivement, région par région. Quant à la Plateforme, elle indique « qu’elle ne sera rassurée que quand l’armée seule s’occupe de la sécurité et du retour de l’administration à Kidal ».

LEGIISTILATIVES DU 29 MARS
Des partis demandent le report
Le parti Sadi, l’Adpm, l’UMP et d’autres associations politiques regroupées au sein du Mouvement démocratique et populaire du Mali, exigent le report des élections législatives du 29 mars 2020. Selon leurs responsables, la situation sécuritaire ne permettra pas d’organiser un scrutin crédible et inclusif. Ils demandent des élections avec toutes les nouvelles régions du pays. Pour Aboubacar Sidiki Fomba, porte-parole du Mouvement démocratique et populaire du Mali, c’est regrettable que le gouvernement souhaite organiser des élections pendant que 900 écoles sont fermées et 300 000 personnes déplacées. C’est vraiment de la démagogie et de l’insouciance pour ce peuple, ajoute-t-il. « Au-delà de ça des régions ont été créées et comment se fait-il qu’on puisse juridiquement rétrograder la loi pour qu’une région soit un cercle pour pouvoir organiser des élections ? La loi qui permet l’élection des députés : la loi 02-010 du mars 2002 est caduque », dénonce le porte-parole du mouvement. Exigeant le report des législatives, le Mouvement démocratique et populaire du Mali propose des alternatives dont la « dissolution de l’Assemblée nationale à partir du 2 mai 2020». « Il faut légiférer par ordonnance pendant six à dix-huit mois pour permettre au gouvernement d’organiser des élections sur la base d’un fichier extirpé des tares », avance Aboubacar Sidiki Fomba. Malgré sa demande de reporter les législatives, le parti Sadi est disposé à présenter des candidats au scrutin du 29 mars 2020.

GAO
9 soldats tués dans une attaque
9 soldats maliens ont été tués, le vendredi dernier, dans une embuscade tendue à Bintia, dans la région de Gao, a annoncé l’armée malienne sur les réseaux sociaux. «4 autres (soldats) ont été blessés. Les FAMa (Forces armées maliennes) ont en outre enregistré des dégâts matériels», a-t-elle ajouté, sans désigner les auteurs possibles de l’attaque.
L’enterrement des soldats tombés sur le champ de l’honneur a lieu le samedi dernier à Gao. La cérémonie funeste était présidée par le commandant de théâtre, le général de brigade Ouan Koné, en présence du chef de cabinet du gouverneur de Gao.

ANSONGO
Attaque à Fafa
« 9 éléments du Mouvement d’autodéfense Ganda-Izo tués et un autre blessé », tel est le bilan d’un affrontement entre des bandits armés et des éléments du Mouvement d’autodéfense Ganda Izo. L’incident s’est produit, le vendredi 13février dernier, à Fafa Gourma dans le cercle d’Ansongo. Selon des sources locales, les bandits armés à motos ont enlevé les troupeaux appartenant aux éleveurs du village de Fafa Gourma quand ils ont été poursuivis par les éléments de Ganda-izo. Tombés dans une embuscade, les 9 éléments du mouvement ont été froidement abattus, rapportent des témoins.

KORO
4 morts et des animaux emportés après une attaque
4 morts et des animaux emportés, tel est le bilan de l’attaque perpétrée, la semaine dernière, dans le village de Simerou dans la Commune de Madougou, cercle de Koro par des hommes armés non identifiés. Selon des sources locales, le village de Lorigan, toujours dans la commune de Koro a aussi été attaqué par des hommes armés non identifiés le même jour. Les mêmes sources indiquent qu’il n’y a pas eu de perte en vie humaine mais des greniers ont été brûlés et des animaux emportés par les assaillants.

CRISE SCOLAIRE
Reprise des négociations entre…
Les négociations entre le gouvernement et les enseignants signataires du 15 octobre 2016 ont repris, le vendredi dernier. Les enseignants demandent l’application de l’article 39 qui stipule que « toute majoration des rémunérations des fonctionnaires relevant du statut général s’applique de plein droit au personnel de l’enseignant ».

CORONAVIRUS
Les ministres ouest-africains veulent renforcer leur coopération
Les ministres de la Santé d’Afrique de l’Ouest ont décidé, le vendredi dernier, à Bamako de renforcer la coopération entre leur pays pour faire face au nouveau coronavirus, a dit le représentant du pays hôte. Les ministres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) étaient réunis dans la capitale malienne avec l’objectif proclamé de “renforcer les capacités des entités nationales et régionales de la région en matière de surveillance, de prévention et de détection précoce des épidémies” dues au nouveau coronavirus. Aucun cas n’a encore été confirmé dans la Cédéao, mais les carences des systèmes sanitaires en Afrique sont une préoccupation quant aux conséquences que pourrait y avoir l’apparition du virus. Le ministère égyptien de la Santé a annoncé, le vendredi, avoir enregistré le premier cas sur le continent africain.” Aujourd’hui, nous n’avons pas de cas avérés dans l’espace Cédéao. Mais avec 380 millions de personnes dans notre sous-région, nous n’avons même pas trois laboratoires qui peuvent prendre des cas de manière efficace”, a dit le ministre malien Michel Hamala Sidibé à l’issue de la rencontre. Lors de la rencontre a été décidé un “renforcement de la coordination transfrontalière”, ainsi que la vigilance vis-à-vis des voyageurs en provenance de Chine, a-t-il déclaré sans plus de précision. La Cédéao a manifesté “sa solidarité envers la Chine”, a-t-il dit, “nous serons en contact permanent avec ce pays ami pour suivre l’évolution de la situation”.

TRANSPORT
Une nouvelle compagnie aérienne nationale en mars 2020
Le Mali envisage toujours de lancer une compagnie aérienne avant la fin du mois de mars 2020. C’est ce qui ressort de l’entretien accordé à la presse locale par le directeur général, Oumar Mamadou Ba, de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC) du Mali, en marge de la 26e session du conseil d’administration de l’ANAC.
« Nous avons en vue le lancement d’une compagnie aérienne dès le premier trimestre 2020, aux couleurs nationales, pour les dessertes domestiques, régionales, même intercontinentales plus tard », a confié Oumar Mamadou Ba. Le Dg de l’ANAC promet également « la conclusion d’accords de services aériens avec certains pays afin de booster le trafic ».
Le 27 février 2019, le gouvernement avait arrêté un budget de 4 milliards F CFA pour le démarrage de cette nouvelle compagnie aérienne.
S’agirait-il de Sky Mali ? Certaines coïncidences et le timing laissent à répondre par l’affirmative. En effet, depuis quelques mois, Sky Mali, transporteur en gestation, a lancé une campagne de recrutement de pilotes, hôtesses de l’air, techniciens d’avions, et commerciaux entre autres. La date limite ayant été fixée au 10 janvier 2020.
« Fondée grâce à des capitaux privés, la compagnie Sky Mali se positionne sur le créneau des vols domestiques pour desservir les capitales régionales du Mali : Kayes, Mopti, Gao et Tombouctou. Elle ambitionne aussi de relier Bamako à plusieurs villes d’Afrique de l’Ouest et du Centre, pour répondre à la forte demande des voyageurs maliens et de la sous-région », clarifie-t-elle sur son site Internet.
Enregistrée à l’ANAC, elle a pour dirigeant El Baba Haïdara, un prospère homme d’affaires et ex-député de Tombouctou. Pour le lancement des opérations, elle prévoit d’exploiter un avion Boeing 737.

Source: Journal L’aube-Mali
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *