Kidal : La déperdition scolaire inquiète les organisations humanitaires

KIDAL TESSALIT TIN ESSAKO TIN ZAOUATENE

Depuis le début de la crise au nord du pays en mars 2012, les écoles sont restées fermées dans la région de Kidal, privant ainsi des milliers d’enfants de leur droit à l’éducation. C’est ce ressort d’un communiqué de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha), de l’Unicef et du PAM au Mali. Les responsables des trois organisations viennent de rentrer d’une visite dans ladite région où ils ont rencontré les autorités administratives scolaires.

Plus de 18 mois sans école, les parents d’élèves assistent impuissamment à la déperdition scolaire dans la région de Kidal. « Il y a un besoin urgent de réunir toutes les conditions pour que les enfants puissent retourner à l’école », a déclaré à la délégation des agences Onusiennes Harpata Ag El Milick, directeur de l’académie d’enseignement de Kidal. L’intéressé est de retour dans la région depuis un mois, mais les conditions sont loin d’être réunies pour l’ouverture des classes à la prochaine rentrée scolaire prévue le 17 octobre prochain.

En mai, les cours avaient été repris mais pour une très brève période dans quatre écoles de la région. « Les besoins dans le secteur de l’éducation figurent parmi les priorités soulevées par les autorités régionales », a indiqué la délégation des Nations Unies dans un communiqué le 12 septembre.

« Ceci est un défi surtout après tout ce que ces enfants ont vu et vécu durant la crise » a expliqué le directeur de l’académie aux visiteurs. Travaux de reconstruction et de réparation de salles de classes, acquisition de mobiliers, reconstitution de matériels didactiques et un programme à adapter aux conséquences de la crise sur les enfants, les besoins à couvrir dans le secteur sont énormes.

« Il faut tout mettre en œuvre pour que le droit à l’éducation des enfants de Kidal redevienne une réalité. C’est maintenant que nous devons mobiliser toutes les ressources nécessaires pour empêcher que les enfants ratent une autre année scolaire », a plaidé Mme Françoise Ackermans, Coordonnatrice Humanitaire par intérim et Représentante de l’UNICEF au Mali dans le document.

Les autorités régionales se préparent à l’évaluation des besoins pour une reprise effective des cours dès cette rentrée. A ce jour, il n’y aurait qu’une vingtaine d’enseignants sur un total de 400 que compte la localité. À travers un appel de fonds pour le Mali, les organisations humanitaires recherchent 22 millions de dollars pour le secteur de l’éducation. Sur cette manne, seuls 4 millions de dollars ont été mobilisés, soit 18 pour cent du financement.

A noter que la région de Kidal compte 62 écoles tout cycle confondu. Avant la crise, l’effectif des élèves était estimé à près de 6 000 personnes. Dans le nord du pays notamment Gao et Tombouctou qui avaient été occupés au même titre que Kidal, des cours de rattrapage sont dispensés.

 

Adama DAO

Source: Le 26 Mars

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *