Intégration des ex-combattants: début du processus pour le MOC ce mardi

Le bureau de la communication stratégique et de l’information publique de la MINUSMA a animé, ce jeudi 1er novembre, son traditionnel point de presse à son QG à Badalabougou. Au cours de cette session, le Responsable de la section Réforme du Secteur de la Sécurité-Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (RSS-DDR) de la MINUSMA, Samba TALL, a fait le point sur le lancement du processus de DDR-Intégration accélérée qui aura lieu à Gao dès la semaine prochaine.

À l’entame de cette conférence de presse, la porte-parole de la MINUSMA, Mme Myriam DESSABLES, a procédé à la présentation des derniers développements des activités de la Mission.
À la suite de Mme DESSABLES, le responsable DDR de la MINUSMA, Samba TALL, a annoncé que le processus de DDR – Intégration accéléré est prévu pour la période du 6 au 30 novembre 2018. Cette opération, qui a pour objectif de faire avancer le processus de DDR – Intégration, concernera en priorité les éléments du MOC à Gao, Kidal et Tombouctou.
Aussi, précise-t-il, chaque combattant décidera, par la suite, de devenir un civil, en optant pour la réinsertion socio-économique, ou d’entrer dans les forces de défense et de sécurité maliennes en choisissant l’intégration, s’il répond aux critères agréés. M. TALL a indiqué qu’aucun combattant (affilié à la CMA ou à la Plateforme) ne peut devenir membre des Forces de défense et de sécurité du Mali (FDSM) sans être passé par le processus de DDR conformément à l’Accord de paix.
Une fois intégrés, les bataillons du MOC seront les premières unités reconstituées chargées de la sécurité sur les sites de cantonnement et lors du processus global de DDR et d’Intégration. Cela pourrait permettre le lancement du processus régulier de cantonnement -DDR-Intégration.
Selon lui, un accord sur les critères et les quotas pour l’intégration des combattants dans les services de sécurité internes de l’État a été trouvé. Néanmoins, le nombre de combattants à intégrer dans les forces terrestres des FAMA est toujours en discussion.
Au total ; 1600 combattants affiliés à la CMA, à la Plateforme et aux autres groupes signataires ou dissidents seront ciblés au cours du processus de DDR-Intégration accélérés des combattants du MOC. Les parties signataires ont convenu que la CMA et la Plateforme donneront chacune 600 combattants dans les régions de Kidal, Gao et Tombouctou (200 par mouvement et par région), tandis que les groupes armés dissidents en auront 400 pour l’ensemble des régions concernées.
Parmi les critères retenus, on note que seuls les combattants et combattantes des mouvements armés signataires de l’Accord (CMA et Plateforme), âgés de 18 ans et plus sont éligibles au DDR – Intégration. En plus, les femmes combattantes ou associées aux mouvements signataires feront l’objet d’un traitement approprié. Quant aux enfants soldats qui se présenteront pendant le processus de cantonnement-DDR–Intégration, ils seront remis à la Section de la Protection de l’Enfance de la MINUSMA et à l’UNICEF.
Lors de cette opération d’intégration, les activités suivantes auront lieu sur le site de cantonnement (MOC), à savoir : la remise et enregistrement des armes, munitions, véhicules et des équipements ; le rangement et stockage des armes et munitions ; la destruction des armes et munitions défectueuses (si possible immédiatement sur place).
On procédera également à l’enregistrement (biométrique), interview, sensibilisation et orientation des combattants ; l’information sur les droits de l’homme, éducation civique, appui psychologique et médical ; protection de l’enfance et violence contre les femmes ;
À l’issue de l’enregistrement, les combattants recevront une carte d’identité qui leur permettra de circuler tranquillement sur le site et ses environs sans armes.
Il est également prévu la vérification, le contrôle et le profilage des combattants ; l’orientation pour l’entrée dans les institutions étatiques y compris les Forces de défense et de sécurité maliennes, l’administration publique ou dans le programme national de DDR.
À côté de toutes ces mesures, il y a aussi la prévision d’un filet de sécurité (appui matériel et financier) pour chaque ex-combattant à la fin du processus de cantonnement ; la délivrance de cartes d’identification DDR (carte de démobilisation) aux ex-combattants.

Par Abdoulaye OUATTARA

Info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *