Installez la meilleure application pour regarder ORTM

Disponible sur Google Play

Gao : une force mixte pour plus de sécurité

L’opérationnalisation des patrouilles mixtes entre les FAMA et les groupes armés signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger sera effective la semaine prochaine.

armee-malienne-soldat-militaire-fama-mnla-cma-minusma-patrouilles-mixtes-mecanisme-operationnel-cordination-moc-nord-mali

Les éléments de la CMA bloqués en périphérie de Gao, ont fait leur rentrée dans le camp MOC (mécanisme opérationnel de coordination ). Le début de ces patrouilles vont à coup sûr, contribuer à l’amélioration de la sécurité dans les régions du Nord, en proie à la violence djihadistes et aux bandits armés.

C’est donc un pas décisif qui vient d’être franchi dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix et réconciliation avec le démarrage des patrouilles mixtes prévues dans la région de Gao. Après plusieurs mois de retard, les patrouilles mixtes composées d’éléments de l’ex-rébellion de la CMA, de combattants des groupes armés loyalistes et de soldats maliens démarreront la semaine prochaine. Toutes les conditions semblent réunies. Les 200 éléments des forces armées maliennes et les combattants des groupes armés (CMA et plateforme), sont ensemble dans le camp MOC de Gao depuis le week-end dernier. Le chef adjoint de la MINUSMA, Koen Davidse s’est félicité de l’entrée des éléments de la CMA à Gao. L’objectif recherché de ces patrouilles mixtes est de réduire le vide sécuritaire avant, pendant et après le processus de cantonnement et de DDR.

Si le démarrage de ces patrouilles est un pas décisif, il n’en demeure pas moins que la sécurisation de vaste région du nord est une autre paire de manches. « Le plus difficile a été fait. On constatait un manque de confiance entre les différents partenaires. Le fait qu’ils acceptent d’être ensemble prouve que tout le monde a envie d’aller vers la mise en œuvre dilligente de l’Accord pour un retour de la sécurité dans le nord, l’objectif premier, c’est l’instauration de mesure de confiance entre les différentes parties. C’est l’avenir d’une réinstallation durable de la sécurité dans le nord et pourquoi pas au centre du pays en proie à l’insécurité. Au bout du processus, on aura les forces armées rénovées avec l’ensemble des parties prenantes de l’Accord qui vont agir au profit de la sécurité de la population », souligne, Adama Diarra, journaliste sécurité et défense.

Les patrouilles mixtes composées des groupes signataires ont pour objectif de sécuriser les populations mais aussi de faciliter la réintégration des ex-combattants dans l’armée. « L’idée de ces patrouilles est bien intégrée et acceptée dans le Nord. Nous avons beaucoup travaillé pour ça. Ces patrouilles vont améliorer les conditions de vie des populations du nord qui vont se sentir sécuriser. C’est aussi, la condition indispensable pour la mise en place des autorités intérimaires », explique Mamadou Djéri Maïga de la CMA.

Pour mettre en marche le MOC, le gouvernement, à travers le ministère de la Défense et des anciens combattants, a mis à sa disposition 42 véhicules pick-up pour un coût de 2 milliards de FCFA, afin d’assurer les patrouilles. Ces fonds proviennent des 5 milliards que le gouvernement a engagé pour le fonctionnement du MOC. Comment 600 éléments pourront-ils sécuriser les espaces désertiques de Gao qui couvre 170 572 Km2 ? De l’avis des spécialistes, les patrouilles mixtes à elles seules ne pourront sécuriser toute la région, même appuyées par le reste de l’armée malienne, la MINUSMA et la force barkhane. «Tout dépendra des besoins qui se feront sentir le terrain. Elles ne peuvent pas être partout avec ce nombre restreint, mais elles iront là où les menaces sont les plus présentes pour couper toute retraite aux bandits et autres groupes terroristes », affirme le colonel Diarran Koné.

 

Source: journaldumali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *