Gao : l’incivisme fiscal des usagers des équipements marchands

Depuis mars 2013, le conseil communal de Gao est confronté au refus catégorique des usagers des équipements marchands de s’acquitter de leurs taxes. Chaque occupant doit payer une taxe de 100 Fcfa à la mairie. Cette taxe est prélevée sur les occupants des marchés « Washington », des légumes « Damien boiteux », de nuit, de certains quartiers (Soussou Koira, Château, Gadèye, Boulgoundjé), ainsi que le marché à batail. Chacun de ces marchés peut générer deux à trois millions par mois, explique Aboubacar Albachar Touré, conseiller municipal.

Devant le refus des usagers de s’exécuter, la mairie s’est retrouvée du coup devant des problèmes de trésorerie. Elle qui venait de réhabiliter ses locaux à plus de 35 millions de Fcfa sur un prêt. Cette situation d’incivisme fiscal a atteint sa cote d’alerte ce jeudi 12 septembre quand l’édile arborant son écharpe tricolore, s’est retrouvé en face d’une fronde des occupants des boutiques du marché Washington qui ont même verrouillé leurs échoppes. La municipalité devant ce refus manifeste de collaboration, a fini par mettre des scellés sur les commerces des mauvais payeurs.

 

Selon nos différents interlocuteurs, l’hôtel de ville a, depuis mars 2013, multiplié des rencontres de sensibilisation pour un retour à la normale. Les usagers des différents marchés estiment pour leur part qu’il faut ramener la taxe de 100 à 50 Fcfa.

 

Les marchands ne sont pas les seuls à s’élever contre la taxe municipale. Les transporteurs aussi rechignent à s’acquitter de la taxe de déchargement de 400 Fcfa la tonne. Du côté de la mairie, l’ont estime que force doit rester à la loi. Car sans les taxes municipales, la mairie sera privée de ressources pour s’acquitter de sa mission de gestion de la cité.

 

Source : Amap

Source: Soir de Bamako

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

ORTM en direct