Gao : APRÈS 37 ANS DE BAIL, LE MUSÉE DU SAHEL RESPIRE UN AIR DE NEUF

Le gouverneur de la Région de Gao, le général de brigade, Sidiki Samaké a inauguré, ce mercredi, le Musée du Sahel de Gao. L’événement avait pour thème : « À Gao, vivre ensemble entre fleuve et dunes de sable ». C’était en présence du chef de Bureau de l’Unesco, Hervé Hugot Marchan, des directeurs régionaux du Musée du Sahel de Gao, de la Culture respectivement Mohamed Boncana Maïga et Abdoulaye H. Boucoum.
Dans le cadre de la deuxième phase du Programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali, le Bureau de l’Unesco au Mali, en collaboration avec le ministère de la Culture et des autorités locales, a revitalisé le Musée du Sahel de Gao.

Cette réalisation a été possible après la rénovation du nouveau bâtiment, le transfert des collections, le montage de l’exposition et l’organisation des réserves avec le soutien financier de l’Union européenne et l’appui logistique de la MINUSMA.
À l’ouverture de la cérémonie, le directeur régional du Musée du Sahel, Mohamed Boncana Maïga, dira que cette infrastructure est le premier musée régional de notre pays après le Musée national. Créé en 1981, il a pour mission d’assurer la collecte et la conservation des éléments les plus représentatifs de la culture matérielle et immatérielle des régions sahariennes et sahéliennes, de prendre part dans le cadre de la politique muséale de notre pays à la promotion de la culture nationale et de faire connaître les valeurs culturelles des régions sahariennes et sahéliennes en particulier celles de la Région de Gao.
Pour Mohamed Boncana Maïga, le Musée du Sahel a résisté aux temps et surtout aux événements qui ont marqué la vie de Gao comme les crises sécuritaires des années 1990, 2006 et le récent conflit armé de 2012 qui, selon lui, avait comme cible le patrimoine culturel.
Par ailleurs, M. Maïga a précisé qu’il comptait mettre en valeur le Musée du Sahel en tant qu’institution patrimoniale au service de la société et de son développement et de le rendre plus représentatif des cultures locales en présentant les différentes communautés dans leur évolution historique et contemporaine. Il ambitionne aussi de faire découvrir la richesse et la diversité culturelle des communautés maliennes en général et de la Région en particulier et présenter l’interpénétration des différentes communautés (songhoy, touareg, arabe et peulh) et la symbiose de leur cohabitation sur le même territoire depuis la nuit des temps.
Le directeur régional du Musée du Sahel a remercié l’Unesco et ses partenaires pour leur accompagnement et sollicité leur appui pour la sécurisation du bâtiment et le recrutement du personnel.
Le représentant de l’Autorité intérimaire, Zeid Ag Mohamed, a souligné que le thème  «À Gao, vivre ensemble entre fleuve et dunes de sable» montre toute la détermination du Musée à jouer son rôle.
Le chef de Bureau de l’Unesco, Hervé Hugot Marchan, a transmis toutes les salutations de la directrice générale, Mme Audrey Azoulay. Il ajoutera que le vernissage de l’exposition inaugurale du nouveau bâtiment du Musée du Sahel de Gao est le fruit d’une belle expérience de partenariat entre l’Unesco, le gouvernement à travers le ministère de la Culture et les collectivités territoriales de Gao. Selon le chef de Bureau de l’Unesco, ce programme a permis de reconstruire les mausolées de Tombouctou et sécuriser les cimetières qui les abritent. Il a aussi ajouté que le programme a servi la réhabilitation des bibliothèques de manuscrits anciens et sécuriser les manuscrits exfiltrés à Bamako, assurer la pérennité des mosquées ainsi que la restauration partielle du tombeau des Askia et la valorisation des Musées de Tombouctou et Gao.
Il a également permis d’inventorier le patrimoine immatériel et élaborer les plans de gestion et de conservation (PGC) des quatre sites du patrimoine mondial au Mali, entre autres.
Hervé Hugot Marchan a remercié les autorités administratives, communales et coutumières pour l’accueil qui lui a été réservé. Le gouverneur de la région de Gao, le général de brigade Sidiki Samaké, a indiqué que malgré les crises sécuritaires qui ont ébranlé notre pays, particulièrement la Région de Gao, les objets du patrimoine culturel de la zone sont sur place. Selon le chef de l’exécutif régional, le Musée est une continuité de notre histoire qui doit être conservée jalousement. La cérémonie s’est conclue par une visite guidée dirigée par l’ancien directeur régional du Musée du Sahel, Aldjouma Yattara.

Abdourhamane TOURÉ AMAP-Gao

L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *