Et enfin… La plateforme décide officiellement de quitter Ménaka ce vendredi

Après voir pris la ville de Ménaka le 27 avril dernier, dans l’improvisation, les mouvements de la plateforme, ont vainement tenté de résister à la pression venant de toutes parts dans le but de les voir expulsés. Il fallu, cependant, des chaudes tractions à la suite de la signature du 5 juin d’un arrangement sécuritaire approuvé par le gouvernement, pour que la plateforme se désengage formellement de Ménaka.

harouna toureh mouvement arabe azawad maa

Mardi dernier, lorsque la délégation de la plateforme se faisait accueillir à Ménaka dans le but, selon des sources proches de la Minusma, d’expliquer aux populations, sa volonté de quitter Ménaka, ses responsables, face à la foule très hostile au sujet, ont dû s’abstenir de l’aborder.

En clair, « nous avons facilité le transport de la plateforme jusqu’à Ménaka pour qu’elle effectue une rencontre qu’elle a voulue avec les populations, a expliqué Rachida Achouri de la Minusma ce jeudi lors d’un point de presse à Bamako. Ce jeudi, une réunion se tient pour aboutir au retirait mouvements de la plateforme de Ménaka, tout en la faisant adhérer à l’arrangement sécuritaire. Après, nous faciliterons, le transport de ses responsables à Ménaka pour qu’ils expliquent à la population locale, leur volonté de quitter la ville au profit des casques bleus, dans le souci d’accélérer le processus de paix. »

Comme prévu par la médiation et évoqué par la Minusma, la plateforme, dans un document signé par son porte-parole, a décidé de quitter Ménaka ce vendredi 19 juin 2015, 24 heures avant la signature prévue de l’accord d’Alger par la CMA.

Dans le présent document, la plateforme avancent quelques raisons à l’origine de sa décision de quitter les lieux.

Primo, elle dit ne pas vouloir constituer un obstacle au processus de Paix et de la Réconciliation.

Secundo, elle informe avoir reçu toutes les garanties liées à la sécurisation des populations de Ménaka et de leurs biens.

En conclusion, vigilante, elle se dit toutefois prête à agir en cas d’atteinte à l’intégrité  et aux biens des braves populations de Ménaka.

Reste à savoir quelle sera la réaction des populations locales, depuis peu mobilisées en faveur des mouvements de la plateforme.

source : Autre Presse

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.