Entrenous : L’union, à tout prix !

Si les Maliens ne s’unissent pas, le Mali que nous chantons un et indivisible sera prochainement amputé d’une bonne partie qui s’appellera  Azawad.

 

mnla azawad MAA bandis combattant touareg rebelles negociation dialogue

En 2012, le Mali a connu la crise la plus grave de son histoire post – coloniale avec le coup de force militaire du 22 mars et l’occupation des 2/3 de son territoire par les forces coalisées du mal. Que d’humiliations subies ! Que de souffrances vécues jusqu’au déclenchement de l’opération Serval ! Des premières attaques des traîtres du Mouvement national pour la libération de l’Azawad à l’occupation des régions de Kidal, Gao et Tombouctou sans oublier la crise institutionnelle à Bamako, s’il y a quelque chose qui a manqué aux Maliens, c’est bien l’union.

 

Pour la défense de nos intérêts égoïstes (chacun pour soi, rien pour le Mali), on s’est cramponné sur nos positions entre pro ou anti-putsch ou encore pour ou contre une intervention militaire internationale. La nation toute entière a failli être victime de nos petites lâchetés, non de nos divergences quand Iyad Ag Agaly et ses envahisseurs avaient sauté le verrou de Konna et menaçaient de marcher sur Bamako.

 

Si le peuple a tiré une leçon de cette tragédie en procédant à une mobilisation exceptionnelle lors de la dernière élection présidentielle, l’élite malienne ne s’est toujours pas rendu compte que notre faiblesse réside en notre grande division. Si jamais, on ne sort pas de ces petites querelles de clochers pour faire face à l’essentiel, c’est le chaos qui se profile à l’horizon.

 

Le gouvernement sous l’égide du chef de l’Etat doit tout mettre en œuvre pour ouvrir immédiatement les négociations avec les groupes armés. C’est le moment pour le chef de l’Etat de résoudre certaines questions en attendant que la ferveur qui a accompagné son élection n’escompte au sein de l’opinion. Une lecture simple de l’évolution de la situation fait comprendre que les traîtres sont en train d’exploiter le temps en leur faveur. Maliens et Maliennes, unissez-vous !

 

Unissons-nous pour défendre nos intérêts face à la communauté internationale qui ne fermera pas les yeux sur certaines choses compte tenu de sa mobilisation exceptionnelle en faveur du Mali à travers de gros investissements.

 

Unissons-nous pour  nous imposer à nos amis et partenaires français au lieu de propager des sentiments anti-français au sein d’une opinion qui considère comme de l’or tout ce qui brille.

 

Unissons-nous au moment où Bilal Ag Achérif et ses petits vagabonds sillonnent le monde entier pour demander des armes afin de combattre la patrie qui leur a tout donné sur un plateau d’argent.

 

Que ceux ou celles qui divisent de propos divisionnistes arrêtent ! Que ceux ou celles qui veulent diviser le peuple à travers des actions spectaculaires aient pitié de ce pays qui a trop souffert par la faute de ses fils et filles. Qu’on arrête de distraire le peuple avec des actions spectaculaires qui nous éloignent de l’essentiel. Ne nous trompons pas d’ennemis, ni d’adversaires ! Arrêtons avec la langue de bois et la manipulation ! Optons pour une communication cohérente ! Et les actes sont plus éloquents que la parole !

 

Si les Maliens ne s’unissent pas, le Mali que nous chantons un et indivisible sera prochainement amputé d’une bonne partie qui s’appellera  Azawad.

Par Chiaka Doumbia

 

Lire aussi sur  www.lechallenger.com

SOURCE: Le Challenger
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *