Entre Nous : Des questionnements autour de la réconciliation ?

« Ayons le courage d’affronter la vérité, de chérir la Vérité, d’assumer la Vérité avec dignité », a déclaré, les 25 et 26 février dernier au Centre international des conférences de Bamako, le ministre de la Réconciliation nationale et du Développement des régions du nord, Cheick Oumar Diarrah. C’était à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des Journées de concertation interrégionale dont le thème était « Réconciliation et Réinsertion socioéconomique des Femmes et des Enfants affectés par la Crise au Mali ».

 

cheick oumar DIARRAH ministre developpement nord reconciliation

Le gouvernement d’Oumar Tatam Ly a décidé de transformer la ‘’Commission dialogue et réconciliation’’ mise en place par les autorités de transition en ‘’Commission vérité, justice et réconciliation’’. L’ordonnance qui parachèvera l’existence de cette entité dans sa nouvelle version est sur le bureau de l’Assemblée Nationale pour ratification. L’examen de ce texte va de report en report. Motif officiel : complément d’informations. Mais au fond, le report de l’examen de cette ordonnance pose un certain nombre de questionnements autour de la réconciliation.

 

 

Le mandat de la nouvelle commission doit-il remonter jusqu’à 1960 ? Faut-il proposer une amnistie aux criminels en échange de leur confession publique ? Les gens ont-ils peur de certaines vérités ? Faut-il remuer le couteau dans les plaies ?  Faut-il opter pour la loi du silence ?

 

 

Les questions sont à la fois complexes et délicates, mais le silence n’est pas non plus la solution. Car, Eric Laurent, un grand reporter français et spécialiste de questions internationales, auteur de plusieurs livres dont « la face cachée du 11 septembre », estime que « le silence est le plus sûr moyen de tuer la vérité ».

 

 

Le peuple a besoin de savoir la vérité sur ce qui lui est arrivé. Le peuple a besoin de se réconcilier avec lui-même. Le peuple a besoin de justice. Mais on ne peut pas construire une grande nation sur la base du mensonge, de la haine, du règlement de comptes. On ne peut pas réconcilier un peuple sur la base du mensonge. On ne peut pas réconcilier un peuple avec une justice sélective ou partiale. Certaines vérités soulagent quand elles sont dites surtout publiquement et pour ce faire, il est indispensable de surmonter les rancœurs.

 

 

Compte tenu de la délicatesse et de la complexité de la mission, le succès de cette commission dépendra largement de son indépendance, sa neutralité mais aussi de sa crédibilité notamment de ceux qui sont chargés de l’animer. La conduite des investigations approfondies pour faire la lumière sur tous les contentieux non vidés, toutes les sources de colères, de ressentiments, de crispations doit être confié à des hommes et des femmes au-dessus de tout soupçon. Ces hommes et femmes doivent être irréprochables sur toute la ligne. Ce qui n’a pas été le cas dans le choix de certains membres de l’actuelle commission qui a peiné à marquer ses pas par la réalisation des actions concrètes.

 

 

Dans le choix de futurs membres de la commission Vérité, Justice et Réconciliation, il faut éviter des choix controversés ou contestés ou encore contestables. A la commission, il faudra donner toute indépendance. Et le ministère de la Réconciliation nationale et du Développement des régions du nord ne doit pas se substituer à la commission qui invitera les victimes à venir s’exprimer et aux auteurs des exactions à avouer leurs forfaits et à se repentir.

Par Chiaka Doumbia

Lire aussi sur  www.lechallenger.com / en partenariat avec Maliweb.net

SOURCE: Le Challenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *