ENLÈVEMENT ET ASSASSINAT DU MAIRE DE GARBAKOIRA Le RPM pleure l’un de ses valeureux combattants… Les Tisserands rendent hommage à la mémoire d’un militant valeureux…

Le Bureau Politique National (BPN) du Rassemblement pour le Mali (RPM), ses militants et les responsables de la section RPM de Diré, rendent hommage au maire de la Commune rurale de Garbakoira, enlevé et assassiné, dans des circonstances troubles, par des kidnappeurs non identifiés. Le corps mutilé d’Abdoulaye Alpha a été retrouvé par des éléments de l’Armée malienne. Dans le cercle, un concert d’éloges salue la mémoire d’un responsable avec un fort engagement politique.

 

Le mardi 14 juillet déjà, c’était l’émoi dans la localité de Garbakoira, une commune rurale dans le cercle de Diré. Elle s’est réveillée avec la nouvelle de l’enlèvement du maire Abdoulaye Alpha, de surcroît secrétaire général de la sous-section RPM. Il a été kidnappé à son domicile à 1 heure du matin par des hommes armés non identifiés à bord de véhicules et de motos.

Ce responsable politique, à fort ancrage social, était cité en bon exemple, bien loin au-delà de sa coterie politique, selon plusieurs témoignages concordants. Il n’était connu, dans la zone, ni comme un riche homme d’affaires, ni comme un homme de réseau quelconque susceptible d’être particulièrement visé par les réseaux criminels.

D’où l’indignation, mêlée à la consternation, quelques temps après son rapt, précisément ce 24 Juillet 2020 quand la triste nouvelle de son atroce assassinat a fait le tour de la contrée, outrée par la tournure dramatique de cet odieux crime. D’après nos sources, ce sont des éléments de l’Armée malienne, en patrouille dans la zone, qui ont pu retrouver le corps mutilé de l’illustre disparu avant qu’il ne soit formellement identifié par des membres de sa famille éplorée.

A l’annonce de cette triste nouvelle, la section RPM a adressé un vibrant hommage à la mémoire de l’illustre disparu. Dans un message de compassion, adressé à ses proches, militants et responsables du RPM, le secrétaire général de la section de Diré, Ibrahim Ag Nock, a rendu un vibrant hommage à la mémoire du défunt.

“Notre section perd un de ses membres d’une intégrité morale et d’un engagement politique sans faille”, a noté le responsable politique de Diré. Et de promettre de faire toute la lumière sur les circonstances de ce crime odieux”.

L’instance dirigeante du RPM, le BPN, n’est pas en reste. Dans une déclaration, en date de ce jour, le président du parti, Dr. Bokary Tréta, condamne avec la “dernière rigueur » l’enlèvement et l’assassinat du maire RPM de Garbakoira, tout en présentant à sa famille et à l’ensemble des militants les vives condoléances du parti. Pour le RPM et ses militants, il n’y a point de doute : l’acte odieux dont a été victime le maire de la Commune de Garbakoira ressemble à tout point de vue à un règlement de compte politique, dont les péripéties remontent, dit-on, à la dernière décision de la Cour suprême, autrement plus favorable au défunt maire. De quoi s’agit-il ?

Dans la localité, confirme-t-on de sources crédibles, une féroce bataille judiciaire a opposé le défunt maire à son adversaire politique Monsieur Abawani Cissé de l’URD, au sujet d’une vraie fausse inscription sur la liste électorale. Monsieur Cissé, selon de nombreux témoignages, serait un ressortissant de la localité ayant longtemps séjourné au Sénégal et qui, pour cette raison, n’a pu s’inscrire valablement sur la liste électorale de la circonscription.

A plusieurs reprises, dit-on, par décisions de justice, suite à des jugements de Tribunal administratif de Mopti, confirmées dans tous leurs dispositifs par des décisions de la Cour suprême, le défunt maire RPM prenait le dessus sur son rival politique, débouté de ses prétentions pour n’avoir jamais prouvé son inscription correcte sur la liste électorale en question. D’ailleurs, un fait saillant de ce feuilleton juridico-électoral est survenu récemment avec le dernier arrêt de la Cour suprême, toujours favorable au maire RPM, dont la mise en opération a occasionné l’enlèvement de deux administrateurs ; à savoir : le sous-préfet central de Diré, Monsieur Sékou Sidia et le sous-préfet de Daghan, Monsieur Oumar Traoré. A en croire des sources, les deux sous-préfets enlevés ont été retrouvés sains et saufs, après le paiement d’une rançon estimée à 10 millions de F CFA aux ravisseurs et à leurs commanditaires.

On rapporte dans l’entourage du maire défunt qu’avant le rapt de ces deux administrateurs, l’URD, à travers ses avocats, avait introduit deux recours ; tous rejetés par la Section administrative de la plus haute instance juridictionnelle. Au RPM, notamment à Diré, où l’indignation est vive, comme à Bamako, siège de l’instance dirigeante, où l’affaire est prise très au sérieux, on incline à penser que le mobile de ce crime odieux perpétré contre un élu local est d’ordre politique. Et pour cause ? A la suite d’une première décision de justice, le remettant dans ses droits, il y a eu un incendie au domicile du défunt maire avec des dégâts matériels importants. En dépit de tout, avec le sens de la justice qu’on lui connait, la victime avait toujours prôné l’esprit citoyen et républicain jusqu’à la victoire finale qui lui a été malheureusement fatale.

Voilà pourquoi, rapporte-t-on, la famille de l’illustre disparu a déjà porté plainte contre X dans le but d’élucider les circonstances de ce crime politique odieux. Le RPM, à en croire les informations, se débattra comme un beau diable pour démasquer les auteurs et les commanditaires de cet acte ignoble, de nature à saper la cohésion et le vivre ensemble.

SOURCE : CCOM RPM

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *