En un mot : Qui a donc tiré à Gao ?

Pour les médecins de l’hôpital de Gao, les manifestants morts lundi ont été victimes de balles réelles. Mais de qui ? Telle est la question qui court depuis mardi après les incidents meurtriers qui ont cassé les liens entre populations locales, voire nationales avec la Mission onusienne au Mali, dont les chefs continuent de clamer l’innocence de leur troupe dans la tuerie.

tuerie execution mort deces sang manifestant marche protestation foule minusma nord mali gao kidal tombouctou

Ils évoquent une manipulation des manifestants et le sabotage de « certains groupes », accusés d’avoir armé des jeunes et ordonné les tirs pour obtenir le départ de la Minusma. Un argumentaire qui ne convainc personne surtout que les leaders des jeunes à Gao rappellent qu’à Kidal, les forces onusiennes ont préféré fuir leur camp au lieu d’affronter les militants des rebelles présentés plus violents.

Toujours est-il que le processus de sortie est depuis à l’arrêt et la reprise des pourparlers d’Alger, programmée pour le 8 février, est presque compromise et l’Algérie vient d’annoncer que l’accord pourra être signé d’ici 6 mois.

DAK

source : L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.