En un mot : Le MNLA bientôt bouté hors de Kidal

Si la Coordination des mouvements de l’Azawad, disons le MNLA boycotte, comme il l’a annoncé, l’invitation de la médiation algérienne à parapher aujourd’hui l’accord de paix, il risque gros.

Dramane Aliou Koné journaliste president maison presse journal

En plus des accusations d’appel à la violence, de sabotage du processus de paix et de violation des droits de l’Homme qui lui collent à la peau, le MNLA court la sanction suprême, c’est-à-dire d’être chassé de son fief de Kidal.

De sources concordantes, l’Algérie, très affectée par le refus du MNLA de signer et surtout l’inféodation des leaders de ce mouvement à son grand rival du Maroc, va demander à ses protégés du HCUA de chasser les séparatistes de Kidal, voire de les combattre.

Il reste que les héritiers d’Iyad Ag Ghaly ne voudraient pas lâcher leur maître et exigeraient une amnistie totale. Une autre paire de manche pour la Médiation internationale qui n’a plus d’autre choix que de prendre des mesures contraignantes contre les récalcitrants.

Il y va désormais de sa crédibilité.

DAK

source : L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.