En représailles à l’enlèvement d’un arabe : De violents combats opposent le GATIA au MNLA et au MAA

Des véhicules criblés de balles, d’autres emportés et des blessés enregistrés de part et d’autre, tel est le bilan des violents accrochages ayant opposé le GATIA au MNLA  et au MAA dans la localité de Bourem.

Mohamed Lemine Ould Sidatt secretaire general maa rebelle touareg mnla bandis armee nord mali kidal

Le mouvement arabe de l’Azawad (MAA pro-séparatiste)  et le mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) ont enlevé la semaine dernière un arabe à Borj El Moctar non loin de la frontière algérienne. En représailles à cet enlèvement, le mouvement d’autodéfense IMGHAD et alliés  (GATIA) a lancé une offensive contre les positions de ces groupes séparatistes dans  le secteur de Bourem. Au cours des combats qui ont duré moins d’une heure, des véhicules ont été criblés de balles, d’autres emportés par les éléments du GATIA.  Sous la force de frappe des mouvements d’autodéfense, le MNLA et le MAA  ont fini par se retirer de la position qu’ils gardaient dans la localité de Bourem.

Par ailleurs, les hostilités pourraient reprendre à tout moment. Car des renforts seraient attendus du côté de Kidal pour venir prêter main-forte aux mouvements séparatistes, nous précise une source digne de foi. La même source indique que les combats ont été violents et de nombreux blessés ont été enregistrés de part et d’autre.

Rappelons que le GATIA est un mouvement d’autodéfense Imghad (touareg proche de Bamako et de l’unité nationale) et de ses alliés arabes, peul et songhaï. Ces communautés se sont regroupées en mouvement d’autodéfense pour assurer leur propre sécurité en suppléant l’absence de l’armée malienne, des casques bleus et même de Barkhane dans leurs localités respectives. Ainsi depuis sa création, le GATIA fait l’objet d’une attaque des autres mouvements séparatistes.

Il faut  aussi ajouter  que c’est presque devenu une habitude chaque fois que la reprise des discussions (pourparlers d’Alger dont les travaux ont repris samedi 22 novembre) devient imminente entre le gouvernement malien et les groupes armés, ces derniers multiplient  des attaques essayant d’étendre leur emprise sur d’autres localités.

 

                            Abdoulaye  DIARRA

SOURCE: L’Indépendant  du   24 nov 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.