Edito : Injustice !

 

groupe combattant rebelle bandit touareg azawad cma mnla gatia plateforme

La conquête des régions du nord vient d’être enclenchée à la faveur du conseil des ministres du 24 Février 2016, ayant adopté le projet de loi qui consacre la substitution des autorités intérimaires aux délégations spéciales des collectivités territoriales.

 

Les objectifs de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) sont connus. C’est la création de la « République de l’Azawad ». Puisqu’elle ne l’a pas obtenu par les armes, elle pourrait la gagner par les urnes. Ses « conseillers occultes », l’ont convaincu de signer un accord qui puisse l’aider à atteindre son but final.

 

Ainsi, l’accord de paix et de réconciliation, signé en mai et juin 2015, devrait baliser le terrain par la création de deux nouvelles régions (Taoudéni et Ménaka), en plus des anciennes (Gao, Tombouctou et Kidal). La régionalisation et les avantages accordés prioritairement aux cadres et alliés de la CMA vont servir d’escaliers pour l’atteinte du sommet de la pyramide.

 

En fait, nous y sommes presque. L’Etat a accepté, malgré tous les sacrifices consentis, que la CMA (car il s’agit bien d’elle) choisisse (avec la Plateforme)  les futures autorités transitoires de toutes les régions du nord. En d’autres termes, la CMA va désigner « au sein d’un vivier comprenant les autorités traditionnelles, la société civile, les conseillers sortants et les agents des services déconcentrés du ressort de la collectivité territoriale concernée… », « ses » autorités intérimaires (de la commune à la région) à Tombouctou, Gao, Kidal, Taoudéni et Ménaka. En lieu et place de ceux qui sont restés fidèles à la République du Mali. C’est une injustice.

Idrissa Maïga

Source : Le Repère

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *