Édito : Ils ont tous payé le ticket pour leur entrée à Kidal

La CMA (Coordination des Mouvements de l’Azawad) ne s’est pas trompée de combat depuis 2012. Elle sait ce qu’elle veut et elle est en passe de l’atteindre grâce à l’Accord d’Alger signé le 20 mai 2015 à Bamako avec la garantie de la communauté internationale.

Cet accord, il faut le dire, a partagé le Mali en détachant Kidal du reste du territoire.

Pour se rendre à Kidal, il faut respecter les conditions de la CMA à prendre pour y être ou refuser pour ne pas y être. Cela a été valable pour tous les visiteurs y compris l’ancien Premier Ministre SoumeylouBoubeye MAÏGA, ensuite I.B.K et biensûr  Boubou CISSE, cette semaine. Ce sont les forces « Azawadiennes » qui les protègent pendant tout le séjour. Le cas particulier d’I.B.K, lors de la campagne  a été de s’habiller en  tenue  traditionnelle touareg et passer la nuit sous le contrôle de l’armée « Azawadienne ».

Déjà avec l’annonce de la visite de Boubou CISSE dans la capitale de l’Adrar des Ifogas, des conditions ont été posées révèle  notre confrère  du journal « Notre printemps » dans sa parution  n° 291 du mardi 03 septembre 2019  à savoir : Pas d’armes lourdes, une délégation réduite. Nous venons d’apprendre que le Premier Ministre Dr Boubou CISSE est prêt pour une visite dans l’Adrar, mais ne souhaite pas voir des manifestations hostiles pendant sa visite à Kidal. Selon plusieurs sources les Kidalois, non la CMA souhaite que la délégation vienne à bord d’un avion de la MINUSMA, elle ne voudrait pas que la délégation soit transportée par un avion des Forces Armées Maliennes, c’est-à-dire les FAMa.

Depuis des tractations sont engagées par la France auprès des responsables de la CMA afin qu’ils donnent leur aval afin que l’avion des FAMa transporte le Premier Ministre et sa délégation pour le voyage de Kidal. Dans tous les cas un pactole important a été remis à la CMA pour la prise en charge sécuritaire de la mission du Premier Ministre et sa délégation. Une autre exigence de la CMA et  non des  moindres c’est le stationnement des FAMa et des éléments du MOC à l’aéroport après l’arrivée de la délégation du Chef du gouvernement et de sa délégation.

À toutes les visites des autorités dans ces terres maliennes la CMA dicte sa loi et continue de la dicter. Le temps de la prise de conscience est enfin  arrivé pour nous sortir de ce bourbier.

La Rédaction

Source: Le Carréfour

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *