Installez la meilleure application pour regarder ORTM

Disponible sur Google Play

Douentza : 6 corps d’éleveurs peulhs, en état de décomposition, découverts hier…. le Ganda Izo accuse le Gatia

Dans un entretien que nous avons eu avec son président, Mohamed Attaib Sidibé, le mouvement Ganda Izo dit avoir appris avec consternation « l’attaque odieuse, lâche et barbare perpétrée par le Gatia le samedi 11 juin 2016 dans le cercle de Douentza, Commune de Gandamia, contre sa délégation sans arme, en sensibilisation sur le désarmement prévu par l’Accord pour la paix, la stabilité et la quiétude des communautés »

mohamed attaib sidibe president interimaire ganda izo  porte parole compis 15 nord mali

En effet, le président du mouvement Ganda Izo explique que la délégation s’était  rendue à Douentza,  puis à Tiofol Ngoradji (Commune rurale de Ganda Miya, cercle de Douentza, région de Mopti) sur invitation des combattants des populations de ladite localité. La réunion a été attaquée par une dizaine des véhicules équipés d’armes collectives du Groupe touareg imghad et alliés (Gatia). Le président du Ganda Izo d’ajouter que « de sources concordantes et vérifiées, ceux à la demande desquels la délégation s’était rendue à Tiofol Ngoradji étaient en parfaite collaboration avec le Gatia, qui avait encerclé la réunion quelques minutes après son  démarrage ».

La délégation comptait en plus du chef de la délégation du mouvement Ganda Izo, monsieur Abdourhamne Housseini (cible de l’attaque); monsieur Amadou T. Dicko;  le chef de village de M’Boullekessi, monsieur Ibrahim Modi Diallo ainsi que des notables du cercle de Douentza.

« Cette attaque infâme et ignoble  qui est commanditée par de piètres leaders en mal de reconnaissance, connus pour leurs ambitions démesurées, sous-traitée avec le Gatia, visait à empêcher le retour de la paix et déstabiliser des communautés majoritaires du nord du Mali. Au cours de l’attaque, que nous condamnons avec la dernière rigueur, les assaillants ont procédé à des prises d’otage. Nous déplorons les sévices corporels inhumains infligés aux personnes prises en otage par le Gatia », explique-t-on.

Au Ganda Izo, on est stupéfait de constater des enlèvements d’animaux appartenant aux pauvres populations, le vol d’une trentaine de motos, le vol de vivres des populations laissées maintenant sans aucun moyen de subsistance.

« Nous informons la communauté nationale et internationale, la médiation,  le gouvernement du Mali,  qu’après avoir rendu les otages, le Gatia est retourné dans le campement  de Tiofol Ngoradji, pour torturer, violenter et humilier  des personnes de sexe féminin et personnes âgées. Deux jeunes ont été encore pris en otage le 13 juin 2016 par les mêmes terroristes. Six corps de personnes de sexe masculin, d’éleveurs de la communauté peulh,  en état de décomposition, ont été découverts le 13 juin 2016 dans le cercle de Douentza.

Nous prenons à témoin les organisations de droits de l’homme, la Minusma, Barkhane, la Médiation, la classe politique malienne, la société civile  malienne, de ces agressions barbares et inhumaines perpétrées contre nos communautés », indique le président Mohamed Attaib Sidibé.

Selon notre interlocuteur, « après l’attaque de nos positions à Témera dans le cercle de Bourem ; Berra dans le cercle de Gao ; N’daki dans le cercle de Gourma-Rharous par Gatia et ses alliés ; après les assassinats de nos combattants à Berra, les crimes commis à  NTillit, l’enlèvement prémédité de plusieurs dizaines d’hommes sans armes  couronne les crimes de Gatia.  Des crimes d’autant plus abominables que commis par  un groupe signataire de  l’Accord,  contre un autre  groupe  signataire  du même  Accord  issu  du  processus d’Alger ».

Aux commanditaires de ces actes ignobles et injustifiables,  au Gatia  qui a exécuté ces crimes et qui continue  à en commettre,   Ganda Izo informe que les communautés  Songhoi, Arma, Peulh,  Bellas, Dogons, Bambara du nord du Mali sont plus que jamais déterminées à se défendre et à défendre leur patrie. Ganda Izo dit être convaincu que cette alliance du Gatia avec  les ennemis de la paix, contre notre peuple,  contre  notre pays,   finira par être vaincue. Cette prétention d’administrer à la place du Mali, son peuple et son  territoire, est bien évidemment comprise par tous Maliens, mais ne restera qu’un rêve.

« Nous nous battrons jusqu’à la dernière goutte de sang pour défendre notre dignité dans ce Mali, affaibli par la traîtrise de ceux qu’il a toujours adoubés, mais lequel Mali finira par triompher. Au gouvernement du Mali, nous lui demandons de prendre ses responsabilités, de ne plus rester muet face à ces agressions, discriminations, marginalisations et bien sûre une extermination programmée des certaines  communautés  du Mali. A la communauté internationale, nous constatons son silence et son inaction face à des crimes de  droit internationale.

Nous interpelons la médiation internationale face à ses responsabilités consignées dans la résolution 2100 des Nations Unies, dans le texte de l’Accord issu du processus d’Alger dont elle est garante. Nous demandons une enquête diligente pour situer les responsabilités des crimes ci-dessus évoqués. Nous demandons une représentation équitable des mouvements armés signataires, issus de toutes les communautés dans les structures de suivi et de  mise en œuvre l’Accord.

Accord dont la mise œuvre dans sa phase actuelle apparait  comme un instrument de partition programmée du Mali. Nous remercions tous ceux qui se sont investis pour obtenir la libération des otages.  Nous présentons nos condoléances à toutes les familles des victimes », a conclu notre interlocuteur.

 

La rédaction 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *