Développement et sécurité dans l’espace G5 Sahel : La KAS connecte les parlementaires de l’espace pour relever les défis de l’heure

Partageant tous les mêmes difficultés et faisant face aux mêmes défis, les pays de l’espace G5 Sahel doivent souffler dans la même trompette, fusionner les efforts afin de relever les énormes défis auxquels ils font face. C’est dans ce cadre que la Fondation Konrad Adenoueur Stiftung (KAS) a organisé un séminaire régional  de deux jours à l’intention des parlementaires de l’espace. Un séminaire qui a ouvert ses portes le Lundi 12 Novembre 2018 à l’hôtel Salam de Bamako sous la houlette du président de l’Assemblée Nationale du Mali Issaka Sidibé et en présence du ministre de la Défense de la République Fédérale d’Allemagne et député au Bundestag Allemand Ursula Von Der Leyen ainsi que devant le représentant du G5 Sahel, du Directeur régional de la fondation Konrad Adenoueur Sitftung.

Conscient que c’est par la conjugaison des efforts que les pays de l’espace parviendront à surmonter les difficultés qui les assaillent, le président de l’Assemblée Nationale du Mali Issaka Sidibé a salué la démarche de la fondation Konrad Adenoueur Stiftung (KAS). Selon lui, la persistance de l’insécurité dans la bande sahélo-saharienne doit inciter les parlements africains en général, et ceux des pays du G5 Sahel en particulier à persévérer dans la voie d’une coopération interparlementaire plus dynamique. A cet égard, et en tant qu’élus il sera de notre devoir, d’une part, de mener un plaidoyer efficace à tous les niveaux pour donner à la force conjointe G5 les moyens nécessaires pour sa pleine opérationnalisation et d’autre part, pour acquérir des financements autonomes et pérennes pour les activités de sécurité et de lutte contre le terrorisme a-t-il dégagé. Le président de l’Assemblée Nationale du Mali a réaffirmé l’engagement et le soutien du Mali aux efforts du G5 Sahel visant à relever les défis sécuritaires et de développement  de l’espace. « Créé en février 2014, le G5 Sahel regroupe les cinq pays du Sahel que sont le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, et le Tchad, il se veut une instance de coordination des politiques de développement et de sécurité au sein de l’espace sahélien. Il s’agit d’un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale et une volonté d’affronter ensemble les problèmes souvent similaires aux Etats membres » a raconté le représentant du secrétaire permanent du G5 Sahel Mahamadou Samaké.  Il a fait savoir que sa structure a pour but de coordonner les politiques et les actions et de promouvoir l’intégration économique en vue de faire face aux multiples défis auxquels ses pays sont confrontés. Quand au ministre de la Défense de la République Fédérale d’Allemagne et député au Bundestag Allemand Ursula Von Der Leyen, elle a affirmé l’engagement de son pays à accompagner les pays du G5 Sahel en vue de leur permettre de relever les énormes défis auxquels ils font face tout en louant le combat de la fondation Konrad Adenoueur Sitftung au sein de l’espace G5 Sahel pour le bien être des populations. Durant deux jours, les parlementaires passeront au crible le rôle de la coopération régionale dans l’espace G5 sahel, les options pratiques pour renforcer cette coopération dans le but de contribuer à la mise en œuvre des actions de sécurité et de développement dans les États membres grâce :  au renforcement de la paix et la sécurité dans l’espace du G5 Sahel  ; au développement  des infrastructures de transport, d’hydraulique, d’énergie et de télécommunications ; à la création des conditions d’une meilleure gouvernance dans les pays membres.

Moussa Samba Diallo

 

Source: Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *