CRIME ORGANISÉ, TRAFIC DE DROGUE : LES GROUPES ARMÉS SIGNATAIRES IMPLIQUÉS SELON LE RAPPORT DES EXPERTS DE L’ONU

Le rapport final du Groupe d’experts créé par la résolution 2374 (2017) du Conseil de Sécurité sur le Mali et renouvelé en application de la résolution 2484 (2019) accable les groupes armés séparatistes, signataires de l’Accord d’Alger. Selon, les experts de l’ONU, « les interceptions de drogue » suivent un « schéma selon lequel des parties de Kidal se nourrissent de convois de réseaux criminels associés à MAA-Plateforme et MAA-CMA qui se déplacent au sud de la région, de Lerneb et Bou-Djébéha via Ber à la région de Gao et à travers la frontière avec le Niger dans la région de Ménaka ».

Si la mise en place de l’Accord pour la Paix issu des discussions d’Alger piétine cinq (5) années après sa signature, c’est parce que d’une part, le statu quo arrange une partie des signataires de cet accord qui tire profit de la situation.

En effet, le rapport du groupe d’experts publié la semaine dernière continue d’alimenter le débat. Les groupes armés du nord, selon ledit rapport sont cités dans les activités de crime organisé en matière de trafic de stupéfiants de tous genres.

« Le flux de stupéfiants le plus régulier et le plus stable à travers le Mali reste la résine de cannabis, ou haschich, en provenance du Maroc passant par la Mauritanie et le Mali à travers le Niger vers la Libye », indique le rapport.

Le Groupe d’experts a reçu deux témoignages précis de sources gouvernementales bien informées concernant une interception à Tabankort d’une tonne de cocaïne, effectuée par un avion de transport CASA CN-235 de l’armée malienne de Gao à Bamako pendant le week-end des 11 et 12 mai 2019. Le même (…)

KADOASSO I.

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.