Belligérance au Mali : Affrontements à Tombouctou, embuscade à Nampala

Le Nord et le Centre du Mali ont été, une fois de plus, secoués, hier mardi, par une série de violences meurtrières.

armee malienne waraba helou sigi balanzan militaires soldats gtia eutm fama patrouille nord mali kidal gao tombouctou

Dans cette violence quasi quotidienne, ce sont les villes de Tombouctou et Nampala qui ont connu leur fortune à travers des affrontements entre groupes armés et une embuscade contre un convoi de ravitaillement de l’armée malienne. Encore des morts d’hommes à signaler.

La journée d’hier, mardi 2 mai, a, en effet, été marquée par une série d’affrontements entre des groupes armés appartenant à la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et de la Plate-forme autour du petit village d’Arbichi, dans le Gourma (Région de Tombouctou). «Il y a des affrontements entre des éléments du Gatia et ceux de Ganda Iso dans le Gourma »,  nous a annoncé une source de la localité. Le Secrétaire Général du Gatia a confirmé l’information. Selon Fahad Ag Al Mahmoud, des éléments de la Coordination des Mouvements et Forces patriotiques de Résistance 2 (CMFPR2) ont fait irruption, tôt le matin, dans le village d’Arbichi en tirant en l’air. «Le Chef du village, HammaZana Maïga a fait appel aux postes du Gatia et du CMFPR 1 pour la riposte», nous a-t-on appris. A l’heure où nous mettions sous presse, aucun bilan n’était disponible sur ces empoignades.

Signalons que la violence meurtrière a déjà sévi dans le Gourma le 18 avril dernier par une attaque terroriste ayant ciblé le camp militaire de la localité. Cette attaque avait coûté la vie à 5 soldats maliens tandis que 16 autres étaient blessés.

Dans la même journée d’hier mardi, des sources locales ont indiqué qu’un convoi de ravitaillement de l’armée malienne est tombée dans une embuscade entre Diabali et Nampala, dans le centre du pays. Cette attaque, meurtrière a fait au moins huit morts et plusieurs blessés parmi les forces armées maliennes, selon des sources sécuritaires à Bamako. 

Katito WADADA

Source: LE COMBAT

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *