Attentat d’Almoustrat : LE GROUPE AL-MOURABITOUNE REVENDIQUE L’ATTAQUE TERRORISTE

Le groupe jihadiste Al-Mourabitoune, de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, a revendiqué auprès de l’agence de presse privée mauritanienne Alakhbar l’attentat suicide du 14 juillet dans lequel un soldat français est mort à Al-Moustrat dans la Région de Gao (L’Essor de mardi). « Un jihadiste de notre groupe a réussi à faire exploser son véhicule piégé contre une unité des forces d’invasion dans la région d’Al-Moustarat », a affirmé mercredi soir à l’agence le porte-parole d’Al-Mourabitoune, Abou Aassim El-Mouhajir. « L’attentat a été une réponse adressée aux Français qui prétendent avoir anéanti les forces jihadistes et réussi l’opération Serval », a-t-il ajouté.

 Mourabitoune MUJAO TERRORISTE REBELLES MLNA

  « L’opération Serval qui a été lancée contre les peuples musulmans a fini par plonger la région dans une guerre civile et des affrontements inter-ethniques alors que le pouvoir islamique avait mis fin à ces tensions », prétend le porte-parole d’Al-Mourabitoune. « Les Français ont tenté comme d’habitude de dissimuler la vérité et de minimiser les pertes engendrées. Ils ont profité de la faiblesse des médias sous-régionaux pour dire qu’il s’agissait d’un simple attentat à la voiture piégée qui a fait une seule victime », a-t-il ajouté sans dire cependant combien de soldats français auraient été tués.

 Rappelons que l’attaque terroriste du 14 juillet a visé un détachement militaire français lors d’une opération de reconnaissance menée à Al-Moustarat. L’explosion du véhicule des assaillants a provoqué la mort d’un légionnaire, l’adjudant-chef (d’origine serbe) Dejvid Nikolic, 45 ans. Six autres soldats ont été blessés, dont deux grièvement.

L’attentat est survenu au moment où l’opération militaire française Serval, lancée en janvier 2013 pour traquer les groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda qui occupaient le nord de notre pays, vient de prendre fin.  L’opération a été remplacée par une opération de lutte antiterroriste permanente dans plusieurs pays de la bande sahélo-saharienne appelée « Barkhane ».

source : essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.