Algérie : Arrestation d’un autre terroriste libéré au Mali

Un autre terroriste libéré dernièrement au Mali a été arrêté en Algérie, a indiqué le ministère algérien de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué diffusé ce mercredi 18 novembre 2020. Répondant au nom El Hocine Ould Amar Ould Maghnia, dit Maïs, le criminel a été appréhendé lundi 16 novembre 2020 à Tamanrasset, précise la même source. 

“Dans le cadre de la lutte antiterroriste et suite à l’exploitation du renseignement sécuritaire, les services spécialisés du Ministère de la Défense Nationale ont appréhendé, le 16 novembre 2020 à Timiaouine, Tamanrasset en 6ème Région Militaire, le terroriste El Hocine Ould Amar Ould Maghnia, dit Maïs”, peut-on lire, en effet, dans le communiqué en question.

Le MDN souligne que ce terroriste “compte parmi ceux qui ont bénéficié de l’accord ayant abouti, après des négociations conduites par des parties étrangères, à la libération par les autorités maliennes de plus de (200) terroristes le mois d’octobre écoulé, et ce, en plus du versement d’une importante rançon au profit des groupes terroristes, en échange de la libération de trois otages”.

Pour le ministère de la Défense nationale, cette arrestation “dévoile, sur un autre plan, ces pratiques douteuses, contraires aux résolutions onusiennes incriminant le versement de rançons aux groupes terroristes”.

Un deuxième djihadiste arrêté en espace de quelques jours

Il s’agit du deuxième djihadiste libéré au Mali qui soit arrêté en Algérie en l’espace de quelques jours. Le mois d’octobre, le dénommé Mustapha Derrar, qui a rejoint les groupes armés en 2012, a été relâché par l’armée française avant d’être appréhendé à Tlemcen.

Le terroriste en question a été « libéré au début de ce mois d’octobre au Mali, suite aux négociations menées par des parties étrangères ayant abouti à conclure un accord, via lequel plus de 200 terroristes ont été libérés et une rançon conséquente a été versée aux groupes terroristes contre la libération de trois otages européens”, avait indiqué le MDN.

Une “transaction” qui a été durement critiquée par l’Algérie, étant donné que “ces pratiques inadmissibles et contraires aux résolutions de l’Organisation des Nations unies incriminant le versement de rançons aux groupes terroristes, entravent les efforts de lutte contre le terrorisme et de tarissement de ses sources de financement”, dénonce le ministère algérien de la Défense dans un communiqué rendu public le 28 octobre.

Source: observalgerie

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *